Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"The lunchbox" : à voir de toute urgence !

Le réalisateur indien Ritesh Batra signe son premier film et c'est avec impatience que nous attendons les suivants !

Sa petite musique, loin de Bollywood, nous parle de l'Inde et de la vie à Bombay, de la solitude des êtres au sein d'une foule affairée et bigarrée, de la difficulté d'être une femme libre quand la société vous cantonne dans votre rôle de mère au foyer...

Il était une fois une très jolie jeune femme Ila (Nimrat Kaur) délaissée par son mari...

Désireuse de le reconquérir et aidée en cela par une vieille voisine avec laquelle elle échange par la fenêtre propos et ingrédients (on ne la verra jamais), décide de mettre dans la lunchbox de son mari des plats dignes du plus grand restaurant...

Accrochés au guidon d'un antique vélo, au milieu de la circulation abracadabrantesque de la ville tentaculaire, nous suivons le ballet de cette lunchbox qui bénéficie d'un système de livraison archaïque mais sans erreur qui traverse le tout Bombay (le système a été audité et a reçu l'imprimatur de Harvard !)...

Ila est désolée par la réaction de son mari qui ne lui parle de rien quand il rentre le soir et s'isole dans sa chambre avec son téléphone portable... Au bout de quelques jours, elle comprend que la boîte, malgré l'excellence du système, a dû atterrir sur le bureau d'un autre employé !

Ce quelqu'un d'autre c'est Saajan (Irrfan Khan), chef comptable proche de la retraite, qui tel Droopy traîne son ennui depuis la mort de son épouse... Il n'a plus goût à rien, mange tout seul à la cantine et fuit on jeune remplaçant Shaikh (Nawazuddin Siddiqui) qui en fait des tonnes pour lui plaire...

La scène de la première livraison de la lunchbox sur le bureau encombré de cet anonyme dans une salle à la Playtime vaut à elle seule le détour... sans parler de la première dégustation étonnée et ravie de son délicieux contenu...

La gamelle devient bientôt boîte aux lettres et les deux esseulés vont entamer une correspondance qui, à petites touches, va les transformer...

Ila sort du déni et comprend que son mari la trompe... Shaikh va doucement s'ouvrir à nouveau aux autres jusqu'à attendre les irruptions de son encombrant jeune collègue...

Nous suivons les personnages dans les trains surbondés dans lesquels s'asseoir est un exploit, dans leur intimité et leur nostalgie d'une Inde aujourd'hui en voie de disparition, dans les préparatifs d'un mariage tout en couleurs...

Le film est délicieux de bout en bout, un vrai régal... dommage que l'on ne puisse pas goûter les plats d'Ila !

Commenter cet article
A
Miam , miam j'ai hâte d'aller voir ce bijou
Répondre