Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Danish girl" : un beau film sensible sur un sujet délicat

Tom Hooper (réalisateur du Discours d'un roi) choisit de nous raconter l'histoire de Einar Wegener, le premier homme à devenir femme sous le nom de Lili Elbe, après une opération que l'on appelle aujourd'hui "réassignation sexuelle"

Nous sommes en 1930 au Danemark...
Einar (fragile et émouvant Eddie Redmayne), peintre de paysages au talent reconnu coule des jours heureux avec sa femme Gerda (délicieuse Alice Vikander) qui, pour sa part est portraitiste mais peine à se faire reconnaître...

Le couple a une vie sexuelle harmonieuse mais n'a pas d'enfant alors qu'ils sont mariés depuis 6 ans...

Gerda demande par jeu à son mari d'enfiler des collants et des chaussons de danse et de porter devant lui une robe de mousseline blanche pour pouvoir finir son tableau puisque son modèle se fait attendre...

Einar se prête volontiers au travestissement pour faire plaisir à sa femme mais ce premier emprunt "féminin" du prénom de Lili va installer chez lui un abîme de doute et réveiller des souvenirs d'enfance douloureux qu'il a choisi d'enfouir...

En effet si Gerda connait enfin le succès avec son nouveau modèle à la sexualité ambiguë, Einar refuse peu à peu de rendosser ses vêtements et son identité masculine... Einar veut devenir Lili...

Le film accompagne avec une délicatesse un peu maniérée le parcours inouï de ce transgenre qui décide de devenir ce qu'il est, à une époque où la morale corsetait les mœurs !

Les deux acteurs sont excellents, les décors sont splendides (le port de Copenhague, la côte danoise et le musée Horta à Bruxelles même si la scène est censée se passer à Paris), le scénario est habile mais les personnages semblent un peu trop parfaits pour être vrais...

Un joli moment de cinéma !

Commenter cet article

Adeline 25/01/2016 14:21

J'ai très envie d'aller voir ce film car un tel évènement dans un pays aux traditions hyper austères a du être un véritable cataclysme et de plus c'est un sujet qui m'intéresse. Mais j'irai le voir sans Jean Jacques, ça c'est sur !