Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Le réalisateur retrouve son acteur fétiche Antonio Banderas pour lui confier son propre rôle !

Mêlant autobiographie et auto fiction, Pedro Almodovar se raconte de façon troublante : c'est dans un savant désordre qu'il nous parle à travers le personnage de Salvador enfant puis d'homme vieillissant, de ses premières années auprès d'une mère lumineuse interprétée magistralement par Penelope Cruz, de son passé de soliste scolarisé chez les religieux, de sa découverte de la sexualité face à un maçon venu aider la famille pour transformer la caverne où ils habitent en foyer, de ses premières amours madrilènes avec Federico (Leonardo Sbaraglia), de ses premiers succès de cinéma et ses premiers échecs comme directeur d'acteurs auprès d'Alberto (Asier Etxeandia), de son amour pour sa mère âgée (formidable Julieta Serrano) et enfin et surtout de ses années récentes de réalisateur en panne, reclus dans la pénombre de son splendide appartement madrilène et relié au monde par son agent Mercedes (Nora Novas)...

Le film est lent et envoûtant à l'image de la dépression traversée par un Pedro Almodovar terrassé par les souffrances physiques (migraines, arthrose, asthme et acouphènes)...

Ouvrant des fenêtres sur son passé, le réalisateur tente de renouer avec l'innocence et la lumière de son enfance et de ses premiers émois...

Traversé de moments forts : les retrouvailles avec son amour de jeunesse, les derniers moments de sa mère, le film dévoile une personnalité fragile et secrète qu'interprète avec maestria Antonio Banderas, véritable alter ego d'Almodovar puisqu'il porte ses vêtements, se coiffe comme lui et habite son appartement reconstitué jusque dans les détails...

Un très beau film que l'on a envie de revoir dès le générique de fin tant la trame en est subtile et nostalgique !

Commenter cet article
A
J’ai emmené Jean Jacques qui a trouvé le démarrage lent donc il s’est endormi au début puis il s’est réveillé et a beaucoup aimé le film.
Moi aussi mais heureusement que j’ avais lu et écouté beaucoup d’éléments sinon je me serais un peu perdue. Ton commentaire me permet de m’y retrouver encore mieux
Répondre