Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Fasciné par les exhibitionnistes émotionnels, le réalisateur suédois Magnus von Horn qui vit aujourd'hui en Pologne, s'est inspiré d'un profil découvert sur Instagram pour réaliser son film...

N'ayant pas réussi à joindre la jeune femme, coach sportive et influenceuse, dont il voulait raconter l'histoire, il a confié le rôle de Sylwia à la lumineuse actrice Magdalena Kolesnik qui s'est formée au cardio-training et s'est pliée au jeu des réseaux sociaux dont elle n'était pas coutumière...

On la découvre coiffée d'une queue de cheval, moulée dans un justaucorps rose fluo et équipée d'un micro, en démonstration devant une foule enthousiaste de gymnastes amateurs qu'elle coache d'une voix bienveillante et énergique...

C'est le succès pour Sylwia qui poste chaque jour pour ses 600 000 followers des vidéos d'elle : se préparant une boisson énergisante ou se réveillant au rythme d'une tonique chorégraphie...

Sylwia vit seule avec son chien et sa journée est rythmée par une discipline d'enfer car elle se doit de ne pas décevoir...

Habilement, le film nous fait découvrir au détour de chaque scène le revers de la médaille de la notoriété : Sylwia est accueillie par les flashs quand elle se rend dans une boîte de nuit mais elle se retrouve seule sur le dance floor... Ses followers lui envoient des likes mais elle est harcelée par un horrible bonhomme qui a décidé de squatter son parking pour mieux se rapprocher d'elle... Elle se prépare pour l'anniversaire de sa mère pour que tout soit parfait mais ce faisant, elle accentue le décalage qui s'est créé entre elles...

Loin de dénoncer les réseaux sociaux dont il illustre le côté inclusif et la vacuité existentielle, le réalisateur nous attache aux pas de Sylwia qui se montre tour à tour superficielle et profonde, adulée et désespérément seule, distante, maladroite mais humaine, si humaine...

A voir assurément malgré quelques longueurs et une scène aux urgences un peu trop démonstrative !

Commenter cet article