Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Voir absolument "The face of love" qui sort sur les écrans le 16 juillet

Arie Posin signe un film d'hommage à Vertigo d'Alfred Hitchcock qui est une vraie réussite ! Enfin un bon film d'amour intemporel, à la fois tendre et profond !

Nikki, magistralement interprétée par Annette Bening, est veuve depuis 5 ans et n'arrive pas à oublier Tom son mari (interprété par Ed Harris) - dont elle était profondément amoureuse et réciproquement...

Après quelques très jolies scènes de bonheur en flash backs, la caméra suit Nikki errant sans but dans la magnifique maison dessinée par son architecte de mari...

Sur le conseil de sa fille qui vit loin d'elle, elle prend un jour sa voiture pour aller visiter le musée de la ville.. quand elle rencontre au détour d'une allée le sosie parfait de Tom !

Fascinée et déboussolée, elle décide de le suivre en voiture et découvre qu'il donne des cours de dessin à des étudiants...

De retour chez elle, elle essaie de se convaincre qu'aborder cet homme serait une erreur... Et pourtant elle tente de s'inscrire à son cours puis y renonce... trop d'émotion... puis revient à la charge en lui demandant s'il peut lui donner des cours particuliers...

Dérouté par les changements d'attitude de Nikki, Garret (également interprété par un excellent Ed Harris) va pourtant céder à sa demande...

Et alors qu'elle s'attendait à être déçue par ce parfait étranger, Nikki tombe sous le charme de Garret qui se révèle tout à la fois séduisant, discret et mystérieux... mais à chaque instant bien évidemment différent de Tom...

Nikki ne sait plus où elle en est, n'arrive pas à avouer à Garret qu'il ressemble à son ex mari, cache la vérité à sa fille et à son voisin (excellent Robin Williams en amoureux transi) et se laisse happer par le vertige d'être de nouveau aimée...

Car Garret, après quelques réticences liées à un divorce dont il ne s'est pas remis, tombe éperdument amoureux de cette jolie femme cultivée au sourire craquant !

Je ne vais pas vous raconter la suite car il faut aller voir ce petit bijou riche en scènes toutes plus délicieuses que les autres...

On sort de la projection sur un petit nuage, le sourire aux lèvres devant tant de talent pour filmer le bonheur d'être deux !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Under the skin", je n'ai rien compris au film !?

Télérama était enthousiaste, j'aime beaucoup Scarlett Johansson... je suis donc allée voir le film de Jonathan Glazer d'après le roman de science fiction de Michel Faber...

Pétrifiée dès les premières images, j'ai attendu durant toute la projection (1h37 mais cela m'a paru beaucoup plus long) de comprendre où voulait en venir le réalisateur...

C'est l'histoire d'un(e) extraterrestre qui squatte le corps d'une humaine et s'installe dans sa peau (d'où le titre du film)

Laura, l'alien incarnée par l'actrice, se met au volant d'une camionnette pour arpenter les routes désolées de l'Ecosse...

Qu'elle traverse les banlieues glauques des petites villes ou la lande sauvage, elle cherche des hommes seuls et libidineux qu'elle pourra séduire et berner pour mieux les tuer, leurs corps étant destinés à devenir à leur tour l'enveloppe charnelle d'autres aliens...

Et voilà, tout est dit !

C'est-à-dire que le film ne marque aucune progression puisque les rencontres se suivent et se ressemblent... même si Laura semble petit à petit ressentir des émotions humaines : elle essaye même de manger une forêt noire qu'elle recrache sous l’œil désapprobateur des clients du restaurant !

Quant à la fin du film, elle est encore plus bizarre et de mon point de vue gratuite !

Bref je ne recommande ce film qu'aux inconditionnels de Scarlett qui sont prêts à la dévorer des yeux en brune ?!

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Voir "The two faces of January" ou revoir "Plein soleil" ?

Hossein Amini (scénariste de "Drive") n'est pas René Clément mais le film qui est une adaptation d'un livre de Patricia Highsmith, nous emmène sur les pas d'un couple élégant qui visite la Grèce sous un ciel de plomb...

Nous sommes en 1962 et le tourisme de masse n'a pas encore connu le développement qui est le sien aujourd'hui...

Chester McFarland (intense Viggo Mortensen) et sa jeune épouse Colette (primesautière Kirsten Dunst) rencontrent Rydall, jeune guide touristique très (trop) prévenant (Oscar Isaac, aussi éloigné que possible de son personnage de Llewyn Davis chez les frères Coen)...

Les trois personnages vont sympathiser et poursuivre le voyage ensemble...

Rydall est fasciné par l'argent facile de Chester et la beauté de Colette...

Le thriller de facture hitchcokienne nous plonge dans l'opposition entre les deux hommes qui se révèlent, au fil des scènes, de plus en plus manipulateurs !

Un autre petit film d'été !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"On a failli être amies" un film de femmes qui se laisse regarder

Anne Le Ny raconte la rencontre assez improbable de deux femmes qui vont devenir amies ?

Marithé (tonique Karin Viard) exerce son métier de formatrice pour adultes avec enthousiasme !

Quand Carole (nonchalante Emmanuelle Devos) vient lui demander de faire un bilan de compétences, Marithé se dévoue pour trouver un nouveau métier à cette femme qui s'ennuie dans son quotidien luxueux d'épouse de restaurateur étoilé !

A noter un moment très drôle où le logiciel bugue complètement pour trouver des idées de reconversion...

Mais Marithé est-elle vraiment "gentille" ou ne s'implique-t-elle pas plutôt pour les beaux yeux du mari de Carole (excellent Roschdy Zem) ?

Quelques rebondissements amusants, une complicité qui semble réelle entre les deux actrices... mais des longueurs, des ressorts un peu trop faciles !

Bref un petit film d'été !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
J'ose dire que je n'ai pas aimé "Black coal" !

Télérama et France Inter ne tarissent pas d'éloge sur le film de Diao Yinan qui a remporté l'ours d'or à Berlin !

Tout semble pourtant réuni pour faire un bon film...

Les codes du polar américain transposés dans une Chine en pleine mutation, un flic bourru qui a un problème avec l'alcool, une jeune veuve belle et mystérieuse, un étrange et gracieux patineur dont les accès de violence laissent sans voix le spectateur européen....

Nous sommes en 1999 dans une petite ville de la Mandchourie, dans des paysages urbains désespérants floutés par la neige et la pollution...

Des ouvriers découvrent dans des wagons à charbon, des morceaux de corps humains disséminés dans toute la région....

Le flic Zhang interprété par Fan Liao mène l'enquête et la foire en beauté, se faisant trouer la peau dans une scène de bavure assez peu probable...

Il noie sa dépression dans l'alcool et survit de petits boulots...

Cinq ans après les faits, les meurtres recommencent et l'ex flic s'attache aux pas de Wu Zhizen interprétée par Lun-mei Gwei, épouse éplorée du premier mort !

Le film est long (1h46), poisseux, confus (difficile de ne pas mélanger les personnages masculins qui se ressemblent tous dans leurs doudounes)...

L'intrigue est hachée, décousue, sinueuse, répétitive...

Quant à la fin que je ne vous raconterai pas, elle s'étire gratuitement sur un spectacle incongru, tiré par les cheveux...

Comme disait le réalisateur qui était interviewé, les spectateurs qui n'aiment pas mon film sont ceux qui n'ont pas compris ce que j'ai voulu y mettre : j'en fais partie !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Palo Alto" un film élégant sur le mal-être des ados

Gia Coppola, 27 ans, prend la suite de sa tante Sofia et de son grand-père Francis... et invite dans son premier film Emma Roberts (nièce de Julia qui interprète la douce et triste April), Jack Vilmer (fils de Val qui interprète le blond et romantique Teddy)...

Nous suivons l'errance de quatre adolescents friqués livrés à eux-mêmes qui trompent leur ennui en cherchant des sensations fortes...

Du déjà vu certes mais la jeune réalisatrice a su trouver le ton et le rythme pour filmer les émois d'April, de Teddy, de Fred (Nat Wolff) et d'Emily (Zoe Levin) et nous les rendre sensibles et proches alors que notre premier réflexe serait de les sermonner...

Un casting réussi auquel s'ajoute James Franco, auteur du livre dont est tiré le film...

Ce dernier interprète un coach sportif Monsieur B, dont le sourire et le charme vont participer au trouble des jeunes filles...

Pas mal, pas mal !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Les drôles de poissons-chats" un petit bijou d'humanité

Quand elle avait 22 ans, Claudia Sainte-Luce a rencontré Martha qui lui a ouvert les portes de sa maison et l'a accueillie dans sa famille...

Elle la remercie aujourd'hui en dédiant ce film à sa mémoire...

Les deux femmes se sont connues à l'hôpital où Claudia (jouée par Ximena Ayala) était hospitalisée pour une opération d'appendicite...

Martha (jouée par Lisa Owen), sa voisine de lit, mère de 4 enfants la réconforte alors qu'elle même est très malade...

Claudia qui est très seule et vit de petits boulots dans une grande surface d'une ville du Mexique, est immédiatement subjuguée par l'énergie qui émane de la tribu de Martha...

Aussi accepte-t-elle l'offre de cette dernière de vivre chez elle à la sortie de son hospitalisation...

Ce qui se joue entre ces deux femmes est très joli et difficilement racontable !

Il faut se faire inviter dans cet appartement gentiment bordélique où chaque enfant trouve sa force auprès de cette mère malade qu'ils chouchoutent à tour de rôle !

Au moment où la vie se dénoue - car le spectateur sait que Martha va mourir, des liens se nouent entre Claudia, Martha et chacun des enfants tous formidablement et pudiquement interprétés...

Le moment le plus fort est une virée au bord de la mer à bord de la coccinelle jaune sur laquelle trône le poisson rouge dans son bocal au milieu d'un océan de valises cabossées !

A voir sans tarder !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"Un temps de chien" une pièce très drôle au théâtre Montparnasse

La pièce de Brigitte Buc fait un tabac depuis 100 représentations et le succès est tout à fait mérité !

Le ton est pétillant, les personnages très justes et les acteurs parfaits !

Valérie Lemercier campe avec brio Hélène, une femme "parfaite" au bord du burn out !

Mélanie Bernier virevolte dans le rôle de Loulou,commerçante en lingerie qui ne vit que pour son fils...

Quant à Pascale Arbillot, elle interprète Gabrielle une intellectuelle au chômage qui se console au Lexomil de ses déboires amoureux...

C'est l'histoire de trois jeunes femmes qui se retrouvent par hasard un matin dans un café bondé où Mathieu le serveur bougon et misogyne (excellent Patrick Catalifo) ne sait plus où donner de la tête !

Contraintes de partager une table alors que tout les sépare, elles vont petit à petit devenir complices sous l’œil attentif, critique mais néanmoins bienveillant du garçon de café !

Elles vont se confier, se raconter, danser, chanter, manger, boire et même passer une nuit pour le plus grand plaisir de la salle qui sourit aux dialogues qui sonnent juste, applaudit les bons mots et les applaudit encore pour les retenir sur scène !

A voir absolument !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
Un florilège Marguerite Duras à l'Atelier

Didier Bezace met en scène deux pièces de Marguerite Duras jusqu'au 5 juillet : "Le square" et "Savannah Bay"

La première interprétée par Clotilde Mollet et Didier Bezace nous conte la rencontre entre deux êtres esseulés dans un square d'une ville où la mer n'est pas loin...

La seconde interprétée par la troublante Emmanuelle Riva et la délicieuse Anne Consigny nous conte l'histoire d'amour de Savannah dans un golfe du Siam...

Les deux nous donnent à entendre la petite musique de Marguerite Duras et nous incitent à relire tous ses livres...

Les dialogues sont universels, les destins sont plus forts que les personnages et la poésie se glisse dans les décors sobres mais suggestifs de l'univers durassien !

A n'en voir qu'une, choisissez la seconde pour la complicité entre les deux actrices qui incarnent les deux âges de Marguerite !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Le promeneur d'oiseau" un petit film à voir absolument avant qu'il ne quitte les écrans

Conseillée par des amis, je suis allée voir le film de Philippe Muyl (Cuisine et dépendances), à l'affiche depuis le 10 mai sur nos écrans et passé plus ou moins inaperçu dans le flot des sorties...

C'est l'histoire d'une famille d'aujourd'hui en Chine...

Le grand-père ne se remet pas de la mort de sa femme restée au village alors qu'il allait gagner leur vie à Pékin... Il vit seul avec son oiseau que sa femme lui a offert et le promène dans les jardins de la ville où il rencontre un vieil ami très sage qui lui conseille d'exaucer le dernier vœu de sa femme... car l'oiseau se fait vieux...

Le père est un architecte de talent qui construit des tours de verre audacieuses comme celle dans laquelle il vit avec sa ravissante épouse qui travaille dans une multinationale...

Il est fâché contre son père depuis le jour où ce dernier a laissé échappé sa petite fille dont il avait la garde...

La petite fille en question a maintenant une dizaine d'années...

Pourrie gâtée par ses parents qui l'élèvent à l'occidentale (leçons de piano et de danse classiques), elle ne lâche pas son IPad dernier modèle...

La jeune femme qui doit se rendre à Paris pour un voyage éclair, est contrainte de confier sa fille à son beau père à l'insu de son mari...

Le film nous emmène au cœur de la Chine rurale et traditionnelle sur les pas du grand- père qui emmène sa petite fille et son oiseau dans son village natal...

Les paysages sont à couper le souffle, le scénario est inventif et le film ne manque pas de rebondissements...

La petite fille et son grand-père vont apprendre à se connaître et à s'aimer et leur toute nouvelle connivence va amener le père et la mère à reconsidérer leurs choix de vie !

Un petit bijou d'humanité dans ce pays écartelé entre son passé et son hypermodernité !

Voir les commentaires

1 2 > >>