Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Valley of love" : deux grands acteurs émouvants de fragilité

Guillaume Nicloux signe un scénario pour le moins fantastique ?!

Dans une lettre posthume, le fils mal aimé et suicidé de deux monstres sacrés leur donne rendez-vous dans la vallée de la mort ?!

Isabelle Huppert et Gérard Depardieu interprètent ce couple divorcé, forcé de se retrouver dans un motel au milieu du désert torride aux portes de Las Vegas !

Lui Gérard ne voulait pas venir, elle Isabelle mère coupable voulait se racheter ?!

Leur fils leur a envoyé un programme de visites d'une semaine au cours duquel il est censé leur apparaître ?

Les paysages sont grandioses, le film est lent comme il se doit... quand la canicule ne désempare pas...

Gérard traîne sa carcasse comme un cachalot échoué en plein désert : l'acteur au naturel est magnifique malgré l'enveloppe de corpulence qui le freine...

Isabelle passe de la colère à la tendresse, éperdue à l'idée du miracle promis qui lui permettrait peut-être de recoller les morceaux de sa vie...

Le film est à voir pour ces deux monuments du cinéma français réunis dans cette histoire qui pourrait être autobiographique ?!

On regrette la mièvrerie des stigmates qui témoignent de la présence ? de leur fils mais on est bouleversés par le chemin parcouru par le duo dans leur traversée de la vallée de l'amour retrouvé ?

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"Un amour qui ne finit pas" : un bon moment de théâtre

La pièce jamais montée jusqu'à aujourd'hui, nous permet de (re)découvrir un André Roussin étonnamment moderne !

Michel Fau signe la mise en scène et incarne excellemment Jean, homme mûr un peu lunaire, revenu de l'amour "consommé" auprès de son épouse et de ses maîtresses successives !

En cure à Divonne, il rencontre Juliette (Pascale Ardillot) dont il tombe éperdument amoureux !

Il lui fait part de son intention : il ne veut pas la prendre car il veut la garder ! Il lui enverra des lettres auxquelles il ne lui demande pas de répondre, il vivra avec elle des aventures auxquelles elle ne participera pas !

D'abord abasourdie par cette proposition, Juliette accepte de lui révéler son nom et son adresse !

De retour chez elle, elle en parle à Roger, son mari (Pierre Cassignard) et lui fait lire les lettres très joliment écrites par un Jean qui tient ses promesses !

Roger se transforme immédiatement en mari jaloux devant l'étonnement et bientôt le rejet de Juliette : il ne croit pas à cette histoire loufoque, il lui demande d'arrêter toute relation avec cet homme qu'elle décrit comme ni beau ni laid mais bavard, de renvoyer les lettres à l'expéditeur...

La pièce bascule à ce moment là dans les codes du théâtre de boulevard avec l'amant qui n'en est pas un, le mari qui s'estime trompé, la femme pas si innocente que cela car très vite, et encouragée par l'interdit, elle ne pense plus qu'à cet homme qui l'aime et n'exige rien en retour...

Entre en scène également Germaine (Léa Drucker), épouse un peu hystérique de Jean qui ne croit pas non plus à la nouvelle fable qu'il lui sert en se disant serein...

Les quatre vont se croiser dans les deux appartements installés sur la scène : d'un côté un décor bourgeois avec un couple classique et blasé, de l'autre côté décor années 80 et couple branché amoureux... ou du moins au départ !

Le texte est savoureux, les répliques fusent, les comédiens s'en donnent à cœur joie, la salle rit, que demander de plus ?

La pièce aurait certainement encore gagné en finesse avec d'autres acteurs et on ne peut s'empêcher de rêver à Luchini dans le rôle de Roger...

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Mustang" : un film magnifique qui célèbre la féminité

Si vous n'avez l'opportunité de ne voir qu'un film, allez voir la première réalisation d'une toute jeune cinéaste franco turque Deniz Gamze Ergüven, présentée à la quinzaine des réalisateurs à Cannes !

Le film dénonce avec humour et gravité le sort réservé aux filles un peu trop libres, ou du moins perçues comme telles, dans la Turquie contemporaine !

Le film commence le dernier jour de classe dans un petit village turc au bord de la mer...

Les jeunes filles en uniforme disent au revoir à leur enseignante et s'élancent à pied sur le chemin du retour qui les mène à la plage où elles vont se livrer avec une bande de garçons de leur âge à des jeux innocents...

A peine rentrées chez elles, les cinq sœurs sont accueillies par leur grand mère qui a informé leur oncle du scandale provoqué par leur conduite indigne...

La maison va bientôt se transformer en prison les jeunes filles sont reprises en mains et les cours d'éducation ménagère remplissent très vite leur emploi du temps...

En effet, les anciens ont décidé de les marier au plus vite !

Le film raconte cet été lumineux où le sort de ces cinq jeunes filles va se décider, où l'on va décider pour elles !

Les plus âgées sont comme résignées mais la cadette, formidable Lale (Gunes Nezihe Sensoy), va se battre et les motiver pour échapper au sort qui les attend !

Sur son initiative, elles arrivent à s'enfuir de la maison pour un match de football de filles, avec la jolie complicité des femmes de la maison mais le retour est douloureux...

Le piège se referme peu à peu sur les jeunes femmes pleines de vie, contraintes à l'immobilité passive qui leur est imposée...

Le spectateur suit cette tranche de vie comme un roman, s'attachant tour à tour à chacune des futures mariées à leur corps défendant !

Les actrices, toutes amateurs, ont le beauté de la jeunesse et les personnages sont merveilleusement campés !

A voir absolument !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Comme un avion" ou l'éloge des petits bonheurs simples

Il faut vous dépêcher d'aller voir le dernier film de Bruno Podalydès, si ce n'est déjà fait, car c'est un pur moment de poésie !

Le réalisateur incarne Michel, graphiste au bord de la crise de la cinquantaine !

Michel, bien que très heureux avec Rachel - qui ne le serait pas avec la lumineuse Sandrine Kiberlain, rêve d'aéropostale depuis son plus jeune âge !

Une devinette pédante d'un de ses collègues (incarné par son frère Denis Podalydès himself) le lance à la recherche de palindromes ?!

Kayak s'écrie-t-il entre deux absences, se lançant soudainement dans une recherche internet effrénée !

A la grande surprise de sa femme, il achète d'abord des rames... puis se fait livrer un superbe kayak (délirant moment avec le livreur et la voisine Noémie Lvosky dans l'ascenseur !), qu'il assemble comme un meuble Ikéa et trans porte sur son toit !

Le film s'élance paresseusement comme Michel qui, sur l'impulsion bienveillante de Rachel, se lance dans une mini odyssée qui doit le mener jusqu'à la mer ?!

Comme Ulysse, le voyage s'interrompt en jolis impromptus, le premier havre étant une guinguette où il rencontre Laetitia, une veuve au grand cœur (formidable Agnès Jaoui), Mila (délicieuse Vimala Pons) qui pleure chaque fois que la pluie tombe et deux foutraques qui carburent à l'absinthe (excellents Michel Vuillermoz et Jean Noël Brouté)...

Le spectateur complice sourit devant tant de douceur, de gentillesse si si, de cocasserie et se régale à l'écoute de la bande son, personnage à part entière de ce fleuve movie !

Voir les commentaires