Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"Démons" : à guichet fermé au théâtre du Rond Point !

Mais qu'est-ce qui fait courir les bobos ?

Les quatre jeunes acteurs n'économisent pas leur talent !

Romain Duris, très content de lui, nous fait son show à la moustache frémissante !

La belle Marina Foïs se déshabille et se rhabille de tenues de plus en plus sexy !

Anaïs Demoustier endosse son rôle habituel d'allumeuse pré-ado !

Quant à Gaspard Ulliel, la mèche sur les lunettes, il fait la gueule du début à la fin de la pièce !

A part cela, un joli décor chic, une mise en scène inventive - merci Marcial Di Fonzo Bo !

Mais pourquoi la mayonnaise ne prend-t-elle pas ?

Le texte de Lars Noren, pourtant écrit en 1984, a pris un sacré coup de vieux et n'arrive pas à nous intéresser !

Il nous raconte la fin d'un amour sado-maso au sein d'un couple branché, dialogue toxique qui fait écho et précipite l'explosion de l'amour plan plan de leurs voisins d'immeuble qui n'en peuvent plus d'être parents...

La confrontation est prévisible, les protagonistes jouent chacun leur partition et la fin que je vous ne raconterai pas est peu crédible !

Alors ? La question reste entière !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Agents très spéciaux Code U.N.C.L.E." : une affiche prometteuse...

Mais une réalisation très décevante...

Guy Ritchie adapte une série télé des années 60 en pleine guerre froide...

Un agent de la CIA interprété par le brun et peu expressif Henry Cavill et un agent du KGB interprété par le blond et tout aussi inexpressif Armie Hammer sont obligés de collaborer pour sauver le monde...

Ils doivent retrouver un ancien nazi qui travaillerait à la mise au point d'une tête nucléaire enrichie en uranium... et décident de faire appel à sa fille, garagiste à Berlin Est (délicieuse Alicia Vikander)...

Le réalisateur s'essaie à l'humour british mais n'y parvient pas vraiment comme s'il appliquait une recette et que le soufflé ne montait pas...

Le film ne manque pas de poursuites en voitures réussies ni de répliques savoureuses... mais l'ensemble est paresseux et le spectateur a déjà oublié le film en sortant de la salle...

Dommage, dommage d'autant qu'une suite est annoncée !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Marguerite" ou Catherine ?

Catherine Frot incarne avec beaucoup d'intensité le personnage de Marguerite dans le film de Xavier Giannoli...

J'adore Catherine Frot et je dois avouer que j'ai eu beaucoup de mal à l'écouter chanter faux durant plus de deux heures, à la regarder méprisée et exploitée par tout son entourage...

Car Marguerite qui a inspiré à Hergé son personnage de la Castafiore chante terriblement faux mais ne le sait pas...

Pourtant le visage de l'actrice le plus souvent tourmenté laisse deviner que cette "cantatrice" n'est pas entièrement dupe du jeu dans lequel elle est prise bien malgré elle car elle ne s'entend pas...

Mais le spectateur l'entend lui et souffre de ces aigus qui lui traversent le tympan...

J'avais été emballée par la pièce "Colorature" de Stephen Temperley au théâtre du Ranelagh qui nous contait la vie de Florence Foster Jenkins au plus près de son histoire, avec l'entrain qui caractérise les créations américaines... (voir ma critique dans les colonnes de ce blog)

"Marguerite" transposé dans la France de l'après première guerre mondiale est plombé par ces personnages bien pensants qui organisent des concerts pour recueillir des fonds pour les orphelins de guerre... ou ces médecins charlatans qui jouent aux apprentis sorciers avec les cordes vocales de cette vulnérable femme riche...

Catherine Frot s'investit dans le rôle avec son professionnalisme habituel... mais j'attends de la voir à nouveau dans un film où elle peut montrer toute la palette de son talent comme dans "Un air de famille" ou "Les saveurs du palais"...

Toutes les critiques encensent le film... je crois que je vais attendre la réalisation à venir de Stephen Frears avec Meryl Streep ?!

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #expos
"Osiris" : une magnifique exposition à l'Institut du Monde Arabe

Franck Goddio, président de l'institut européen d'archéologie sous marine et commissaire de l'exposition a mis en scène les mystères engloutis d'Egypte découverts récemment sur les sites immergés des villes de Thônis-Héraclion et Canope dans la baie d'Aboukir...

L'exposition, somptueuse dans son écrin noir nous immerge dans les eaux limoneuses du Nil et nous fait redécouvrir dans son actualité le mythe d'Osiris, de sa sœur et épouse Isis et de leur fils Horus..

Les statues en granit rose ou noir, parfois gigantesques, paraissent presque irréelles tant elles sont bien conservées...

On peut également admirer des stèles gravées de magnifiques hiéroglyphes, des objets de culte touchants de quotidienneté, des bijoux en or que ne renierait pas Jean Cocteau, un splendide sarcophage hiéracocéphale en sycomore peint en turquoise du 8e ou 7e siècle avant JC, deux grands vases en marbre blanc d'un mètre de haut qui semblent sortir de l'atelier de Rodin...

Les panneaux explicatifs nous replongent dans le mythe et croisent habilement pour le visiteur non averti les héros des légendes égyptiennes, grecques et romaines...

Les vidéos nous font vivre en direct la découverte de ce trésor englouti depuis tant de siècles et aujourd'hui offert comme par magie à notre regard incrédule de citoyen européen du deuxième millénaire après JC !

A voir de toute urgence car l'exposition ne fait que commencer mais le public se presse déjà et le bouche à oreille devrait faire le reste !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Youth" : un rendez-vous réussi avec la nostalgie du temps qui passe

Déçue par "La grande bellezza", je suis allée voir le nouvel opus de Paolo Sorrentino un peu à reculons... la bande annonce n'étant pas non plus très réussie...

Je suis sortie de la projection sous le charme de ce film puzzle à la facture inédite...

Fred (délicieux Michael Caine) et Mick (excellent Harvey Keitel) se retrouvent dans un splendide hôtel de cure dans les Alpes suisses... au soir de leurs vies...

Fred est en retraite : il refuse de continuer à exercer son métier de chef d'orchestre et ce même pour une dernière représentation à la demande du prince Philip...

Mick a invité de jeunes acteurs pour préparer la réalisation de son dernier film testament...

Fred et Mick, qui se connaissent depuis toujours, dialoguent sur leur passé commun et surtout sur leur présent...

Paolo Sorrentino fait un portrait touchant de ces deux hommes qui sont confrontés aux regrets : pour Fred de ne pas avoir su être assez présent pour sa cantatrice de femme et pour sa fille et assistante Lena qui l'amène à affronter ses émotions (délicieuse Rachel Weisz) ; pour Mick de ne pas avoir su donner sa chance à un amour de jeunesse...

On croise toute une série de personnages dans le film qui renforcent le questionnement de ces deux là à la manière d'un peintre pointilliste : un comédien hollywoodien qui se désole de ne devoir sa célébrité qu'au robot qu'il a incarné (craquant Paul Dano), une Miss Univers qui est moins bête qu'elle n'en a l'air, une vieille comédienne pressentie pour le film de Mick (délirante Jane Fonda), un couple qui ne s'adresse plus la parole et se retrouve dans la violence d'une gifle, une petite fille qui arrive à vaincre son vertige et devient un révélateur pour les curistes qu'elle croise...

Un film à voir assurément !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"Life" : on attendait James Dean et Dane Dehaan vint :((

Dane DeHaan qui a joué le fils de Ryan Gosling dans "The place beyond the pines" aurait, parait-il refusé à plusieurs reprises d'incarner l'iconique James Dean !

Il a pourtant fini par dire oui à Anton Corbijn qui tente de faire revivre dans "Life" la rencontre de James Dean et de Dennis Stock (interprété magistralement par Robert Pattinson) à l'aube de leur carrière...

James Dean qui vient de tourner "A l'est d'Eden" (le film n'est pas encore sorti), est pressenti pour "La fureur de vivre"...

Dennis Stock, jeune photographe tourmenté de 26 ans tente de sortir de l'anonymat... Il repère James Dean à une soirée organisée dans la somptueuse villa de Nicholas Ray et s'attache à ce physique indolent à peine sorti de l'adolescence et de son Indiana natal....

Dennis Stock parvient à convaincre son patron qu'il doit réaliser une série de photos de ce jeune acteur inconnu pour le magazine Life....

L'histoire est fascinante, la rencontre entre les deux gens gens ambigüe à souhait mais la réalisation est trahie par le jeu plat de Dane DeHaan qui, à aucun moment, ne réussit à nous faire entrapercevoir le charisme de James Dean immortalisé dans ce reportage qui contribua à sa légende et à sa gloire !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Très déçue par "Miss Hokusai" :(

Fan d'Hokusai, je suis allée voir ce film d'animation qui raconte la vie du célèbre peintre japonais et de sa fille et disciple O-Ei !

J'imaginais que naîtraient sous nos yeux les tableaux du maître ; or, à part la vague de Kanagawa que tout le monde connaît, j'ai attendu en vain la série des Trente six vues du mont Fuji... !

Le film, à part quelques jolis moments entre O-Ei et sa petite sœur aveugle, est lent, démonstratif, répétitif et finalement peu esthétique...

Nous voyons vivre O-Ei au côtés d'un père génial mais asocial (qu'elle ne quittera pas jusqu'à sa mort) et arpenter Edo (aujourd'hui Tokyo) à la recherche de l'inspiration ...

Dommage que le film évoque beaucoup plus un manga que le work d'une oeuvre in progress !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Meryl Streep est épatante dans "Ricki and the Flash"

Jonathan Demme (surtout connu pour le "Le silence des agneaux") nous raconte avec talent l'histoire d'une femme qui a quitté il y a 20 ans son mari et ses trois enfants pour vivre pleinement sa carrière de guitariste et de chanteuse !

Installée à Los Angeles, elle est caissière le jour et rockeuse le soir !

Meryl Streep, qui n'a pas hésité à prendre des cours de guitare auprès notamment de Neil Young, joue en live les reprises qu'affectionne le groupe Flash constitué de vrais talents autour du guitariste australien Rick Springfield (qui interprète son compagnon sur scène Greg)

Appelée par son richissime ex mari Pete Brummel (Kevin Kline), elle accepte de se rendre au chevet de sa fille Lucie (interprétée par Mamie Gummer, sa fille à la ville), dévastée par un récent divorce...

Les retrouvailles sont rudes, les dialogues sont féroces entre ces deux là que tout aujourd'hui sépare...

Le film mêle habilement la confrontation entre ces deux Amérique en y introduisant quelques thèmes très actuels : les familles recomposées, l'homosexualité, les manies bobos...

Le spectateur est entraîné presque malgré lui dans le rythme du rock et se range bien évidemment aux côtés de cette diablesse de Meryl qui peut jouer tous les rôles sans être ridicule, jusqu'au tendre happy end !

Voir les commentaires