Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #expos

Shôjirô Ishibashi (1889-1976) est un enfant de l'ère Meiji qui assiste à l'ouverture du Japon sur le monde...

A la tête de l'atelier de confection familial, il se fait bâtir une maison dans un style occidental et commence sa collection de peintures pour la décorer...

Il inaugure le musée Bridgestone (du nom de son entreprise) en 1952 en mettant à disposition du public japonais toutes les oeuvres qu'il a accumulées...

Aujourd'hui le musée de l'Orangerie profite des travaux du musée japonais pour présenter dans 3 grandes salles les toiles des maîtres impressionnistes et post-impressionnistes que l'industriel collectionneur affectionnait...

On peut y admirer des toiles de Sisley, Renoir, Gauguin, Degas, Manet, Caillebotte, Cézanne, Pissaro, Utrillo, Toulouse Lautrec, Van Gogh... mais également Matisse, Picasso, Dufy, Soutine et des peintres plus abstraits (Pollock, Hartung)...

La collection n'est certes pas aussi belle que celle de Chtchoukine mais présente un bel ensemble de l'époque impressionniste et  surtout quelques très beaux tableaux tels Mademoiselle Georgette Charpentier de Renoir, Le jeune homme au piano de Caillebotte, La montagne Sainte Victoire de Cézanne, Le saltimbanque aux bras croisés de Picasso, Le jeune paysan de Modigliani, Moulins et jardins à Montmartre de Van Gogh...

A voir jusqu'au 21 août !

"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie
"Tokyo Paris, chefs d'oeuvre du Bridgestone Museum of Art Tokyo, collection Ishibashi" : à l'Orangerie

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #expos

L'exposition qui se tient jusqu'au 2 octobre nous offre une centaine de magnifiques estampes dont les thèmes et la palette de couleurs ont très certainement influencé les peintres européens tels Gauguin, Van Gogh, Monet et Sisley...

Mettant en parallèle l'influence de l'estampe sur la photographie au Japon au 19e siècle, l'exposition nous fait voyager au fil des différentes saisons dans les villes et les lieux les plus célèbres du Japon tels le Mont Fuji...

On peut y admirer les oeuvres des deux maîtres incontestés de l'estampe : Katsushika Hokusai (1760-1849), dont La Grande vague de Kanagawa - et Utagawa Hiroshige (1797-1858) mais également celles de Kitagawa Utamaro (1753-1806), Utagawa Kuniyoshi (1798-1861), Shotei Hokuju...

Profitez-en pour aller admirer le magnifique mobilier laqué chinois et les porcelaines de la collection Ise exposés dans les nouvelles salles de l'hôtel d'Heidelbach à quelques mètres du musée (billet groupé)  ! 

Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai
Hokusai

Hokusai

Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige
Hiroshige

Hiroshige

Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro
Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro

Hokuju, Kuniyoshi et Utamaro

Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach
Hôtel d'Heidelbach

Hôtel d'Heidelbach

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Volker Schlöndorff nous raconte le bref séjour à New York de Max Zorn, un écrivain réputé qui vient promouvoir son dernier roman, inspirée d'une histoire d'amour manquée dans cette ville...

Fiction dans la fiction... Le réalisateur adapte un roman de Max Frish, écrivain suisse de langue allemande...

Stellan Skarsgärd interprète avec talent cet européen d'une cinquantaine d'années, méprisé par son père philosophe, qui vit loin de Clara (Suzanne Wolff parfaite), sa jeune épouse basée à New York - mais surtout dans le regret de cet amour qu'il n'a pas su garder !

Il croise par hasard Rebecca (merveilleuse Nina Hoss), son ancien amour qui est devenue une brillante avocate... et finit par la convaincre de passer un weekend à Montauk, au bout de la presqu'île de Long Island dans l'hôtel où ils se retrouvaient...

Le film nous offre de superbes paysages de plages en hiver où Rebecca promène son élégante silhouette toute de blanc vêtue...

Les corps se retrouvent après 17 ans de silence mais les blessures de Rebecca ne se sont pas refermées... C'est une femme fragilisée qui a su se reconstruire face à un homme pusillanime, veule, et quasi enfantin jusque dans ses bouderies...

Un film à voir pour son ambiance un peu sépia mais surtout pour ses interprètes dont Niels Arestrup, excellent comme d'habitude, qui interprète l'ami commun de Max et de Rebecca !

Voir les commentaires