Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre

Pharmacien de profession et passionné de cinéma, Jean Benoit Patricot a écrit cette  pièce mise en scène à Avignon en 2016...

A l'affiche des Mathurins en 2017, Darius est reprise depuis le 23 juin à la Comédie des Champs Elysées...

L'auteur nous raconte une histoire d'amour entre une mère et son fils Darius...

Claire (magnifique Clémentine Célarié) contacte Paul (formidable Dominique Pinon), parfumeur de génie pour permettre à son fils de continuer à assouvir sa passion des voyages alors qu'il ne peut plus se déplacer...

Tout d'abord réticent face à cette demande totalement inédite mais rapidement excitante,  Paul qui n'exerce plus son métier depuis le décès de sa femme, va petit à petit retrouver l'envie de créer et le goût de la vie...

Le spectateur plonge dans une véritable  aventure olfactive qui va l'emmener dans toutes les capitales européennes puis dans une oeuvre de fiction en suivant pas à pas la vie de Darius...

Un très beau texte servi par une mise en scène toute en finesse, un pur moment de théâtre !

A voir de toute urgence ! 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Sebastiàn Lelio, réalisateur chilien d'Une femme fantastique, a adapté le livre éponyme de Naomi Alderman dont l'intrigue se déroule dans le milieu juif orthodoxe du nord de Londres...

Ronit, Esti et Dovid sont amis d'enfance...

Ronit (fascinante Rachel Weisz) a fui la rigidité dogmatique de son rabbin de père pour vivre librement sa vie à New York...

Quand Ronit revient à Londres suite au décès de son père, elle découvre qu'Esti (excellente Rachel McAdams) et Dovid (formidable Alessandro Nivola) se sont mariés et que ce dernier est pressenti pour prendre la succession de son père...

L'habile scénario nous fait partager la triangulation amoureuse des trois personnages qui tentent d'exister par eux-mêmes alors que la communauté voudrait qu'ils adoptent les mœurs ancestrales  des juifs orthodoxes...

Quand Esti rejoint Ronit dans la "désobéissance", Dovid révèle toute sa dimension d'ouverture face à l'adversité qui le rattrape tant sur le plan personnel que professionnel..

Un personnage d'homme extrêmement subtil et deux beaux portraits de femmes constituent le charme original de ce film à la dimension universelle...

le film aurait encore gagné en puissance en étant un peu plus court !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

C'est le dernier film qu'auront réalisé ensemble les  frères Taviani car Vittorio est mort le 15 avril dernier à l'âge de 88 ans...

Ils ont adapté le roman de Beppe Fenoglio pour nous replonger dans l'Italie de l'été 43 quand partisans et fascistes combattaient pied à pied dans les montagnes... 

Milton (excellent Luca Marinelli) est amoureux de Fulvia (ravissante Valentina Bellè) qui aime parler avec lui et lire les lettres qu'il lui adresse...

Lorsque Milton comprend par une indiscrétion que Fulvia lui aurait préféré son ami Giorgio (intéressant Lorenzo Richelmy), il s'évade en pensée des combats qu'il soutenait jusque là hardiment ...

Et quand il apprend que Giorgio, engagé lui aussi comme partisan, vient d'être arrêté par les "cafards", il quitte son unité pour le sauver et... lui demander des comptes..

Mêlant la petite et la grande histoire, les flash backs du bonheur passé et les horreurs du présent de la guerre, le scénario nous attache aux pas de Milton dans le brouillard du paysage et de ses pensées... 

Un film intemporel, idéaliste et profondément humaniste malgré quelques scènes très démonstratives et une happy end légèrement cocasse !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Jafar Panahi continue à tourner des films malgré l'interdiction du gouvernement iranien qui l'assigne à résidence à Téhéran...

Cannes a salué le courage du réalisateur en lui donnant le prix du scénario et on ne peut que s'en réjouir...

Après Taxi Téhéran, Trois visages tente de traduire le mal être qui règne en Iran et ici plus particulièrement dans les villages turcophones où les protagonistes du film se rendent pour tenter de retrouver une jeune fille qui a envoyé une vidéo de son présumé suicide à une actrice renommée Behnaz Jafari (qui joue son propre rôle)...

Bouleversée cette dernière prend la route accompagnée par Jafar Panahi qui tient à ses côtés le double rôle de chauffeur et de confident... 

La jeune inconnue dit s'être suicidée car sa famille l'empêchait de poursuivre son rêve de devenir actrice...

J'aurais tant aimé apprécier ce film mais j'avoue m'être un peu ennuyée face à cette lente démonstration anecdotique de la réalité iranienne : Jafar Panahi est effectivement régulièrement sollicité par des jeunes gens qui lui demandent de l'aide pour se lancer dans le cinéma et une étudiante s'est réellement suicidée parce que ses parents ne voulaient pas qu'elle devienne actrice...

Le film n'en reste pas moins un beau plaidoyer pour la création artistique !

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Dans son second long métrage, Hélène Fillières a choisi de nous montrer la réussite d'une frêle jeune femme dans un univers très codé où le pouvoir appartient traditionnellement aux hommes : la Marine Nationale

Pour le tournage de son film, la réalisatrice a bénéficié de l'accompagnement de la Mission cinéma de la Défense Nationale créée en 2017 qui lui a ouvert les portes de l'Ecole des Fusiliers marins de Lorient et de l'Ecole Navale de Brest...

C'est dans ce superbe cadre breton que Diane Rouxel interprète avec sérieux et espièglerie l'aspirant Laure Baer, une surdiplômée qui se cherche un cadre et pourquoi pas dans l'Armée... sans doute pour faire enrager sa comédienne de mère Josiane Balasko...

Les comédiens sont tous bons : de Lambert Wilson, son supérieur hiérarchique dont elle va tomber amoureuse, à Gautier Fila, un enseigne de vaisseau gay qui va lui donner les codes de la réussite jusqu'à Hélène Fillières elle-même qui interprète le commandant adjoint de l'équipage...

Mais le film pâtit d'un scénario extrêmement mince qui se limite à quelques scènes plutôt convenues sur la formation militaire et sur les rapports hommes/femmes dans l'Armée...

La seule idée originale est l'attirance réciproque qui se noue entre Laure et le commandant Rivière surnommé Le Moine... mais son traitement manque de subtilité !

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Le producteur Saïd Hamich signe avec ce film une première réalisation très personnelle

Né en 1986 à Fès (Maroc), le cinéaste a en effet vécu à Bollène durant 3 ans et, comme son héros Nassim, il a fui la ville... et sa famille

Nassim 30 ans (intéressant Anas El Baz) vit à Abu Dhabi avec sa fiancée américaine

Après plusieurs années d'absence, il décide de revenir à Bollène pour le mariage de sa soeur

Nassim doit faire face à son passé, à la ville sinistrée désormais gouvernée par la Ligue du Sud, à sa famille qu'il ne comprend plus, à son père à qui il n'adresse plus la parole...

Le scénario nous attache aux pas de Nassim dont l'assurance affichée cède rapidement le pas à la colère, à la honte, au désarroi qui l'habitent tour à tour...

Le propos du film est ambitieux, mais à trop promettre Saïd Hamich finit par survoler tous les sujets en laissant le spectateur impuissant face au constat du gâchis de la non intégration de ces migrants de deuxième génération qui, même diplômés doivent quitter la France pour trouver un emploi !

 

Voir les commentaires