Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Monia Chokri est partie de son histoire personnelle pour réaliser son premier long métrage... 

Comme son héroïne Sophia, elle a une relation privilégiée avec son frère et a des origines tunisiennes...

La réalisatrice a fait appel à une de ses meilleures amies Anne Elisabeth Bossé, actrice très en vogue au Québec, pour incarner cette doctorante de 35 ans qui n'arrive pas à trouver sa place dans la société et partage l'appartement et la vie de son frère Karim (très séduisant Patrick Hivon)...

Sophia et Karim s'entendent comme larrons en foire tout comme Lucie et Hichem leurs parents divorcés mais visiblement toujours amoureux...

Quand Karim tombe à son tour amoureux d'Eloïse (délicieuse Evelyne Brochu), la belle gynécologue de Sophia qui a procédé à son avortement, Sophia assiste avec étonnement à la transformation de son frère et déménage chez ses parents...

Le pitch du film ainsi posé, le scénario nous invite à partager les repas, les engueulades et les danses échevelées des 5 personnages auxquels se rajoute Jasmin, un amant  improbable dont Sophia s'entiche sans nous convaincre...

Interviewée sur France Inter, Monia Chokri a révélé que son film était très maîtrisé et ne laissait aucune improvisation possible à ses comédiens :  malgré cela le film paraît sympathiquement brouillon et de ce fait un peu vain mais je ne suis pas certaine de bien comprendre l'humour québécois ! 

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Avant Asako I et II et Senses (1 à 5), le réalisateur Ruysuke Hamaguchi nous parle de son sujet fétiche : les amours compliqués des trentenaires japonais...

Un jeune couple annonce à leurs amis qu'ils vont se marier : elle est très amoureuse, lui moins...

Un de leurs amis est amoureux de la jeune femme et le jeune homme est attirée par une femme un peu plus mûre que le quatuor...

Irracontable comme les autres films du réalisateur,  le film joue sa petite musique du marivaudage et nous fait sourire aux propos échangés ou nous alarmer devant le cynisme du jeune homme...

Sans trahir la fin, le film finit bien mais nous laisse clairement entendre que le pire est à venir !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Le réalisateur coréen Bong Joon-Ho emporte la palme d'or avec ce film burlesque qui dénonce l'écart social grandissant entre riches et pauvres en  Corée du Sud...

Voici d'abord la famille Ki-taek : les parents, la fille et le fils s'entassent dans un sous-sol insalubre miné par l'humidité et vivent de petites combines...

A l'opposé de l'échelle sociale, voilà la famille Park qui vit dans une somptueuse villa d'architecte...

Le fils Ki-taek a été recommandé par un ami pour donner des cours particuliers d'anglais à la fille des Park...

Aussitôt embauché, le jeune homme fait venir sa sœur, puis son père et sa mère...

Les riches sont plutôt gentils et les pauvres ne sont pas si méchants que cela...

De rebondissements en rebondissements, le scénario nous entraîne habilement au cœur des deux familles dont il dévoile peu à peu les dysfonctionnements et les fêlures...

Le sujet est intéressant, les acteurs sont tous excellents mais le ton de la farce adopté dès le milieu du film affadit le propos d'une fable qui se termine en grand guignol...

Dans le même registre Chabrol va, de mon point de vue, beaucoup plus loin dans La cérémonie de même que Kore-Eda dans Une affaire de famille !

 

Voir les commentaires