Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Après Grâce à Dieu, François Ozon retrouve son penchant pour les récits d'apprentissage...

Eté 85 est adapté du roman d'Aiden Chambers La danse du coucou que le réalisateur a lu à 17 ans soit à l'âge de ses deux héros...

Le film commence par la fin puis revient aux premières heures de cette histoire qui n'a duré que 6 semaines, lorsque Alexis (formidable Félix Lefebvre), 16 ans mais à peine sorti des rondeurs de l'enfance, chavire à bord d'un voilier emprunté à un ami au large du Tréport...

Surgit alors David  (tout aussi formidable Benjamin Voisin), 18 ans et déjà très sûr de son sex appeal, qui le ramène au port puis à son domicile pour qu'il puisse enfiler des vêtements secs...

Les clés nous sont données dès les premières images et l'on comprend très vite qu'il va se passer quelque chose entre ces deux-là mais il est bien évidemment impossible d'imaginer toutes les répercussions de cette rencontre qui oppose deux univers : celui d'Alexis, fils de docker adoré et surprotégé par sa mère (excellente Isabelle Nanty) et celui de David dont la mère légèrement foutraque (Valeria Bruni Tedeschi très à l'aise dans ce rôle) possède un magasin d'articles de marine légué par son défunt mari...

Tous les thèmes d'Ozon sont au rendez-vous : la mer et ses dangers, la mort avec un scène de morgue glaçante, le travestissement, la fascination d'un professeur (Melvil Poupaud émouvant) pour ses jeunes élèves...

On se laisse séduire par cet excellent thriller psychologique même si les aller retour permanents entre le présent et le passé retiennent l'émotion et nous réduisent à notre rôle de spectateur d'une intrigue ancrée dans une époque déjà un peu révolue...

Un film à voir pour ses interprètes et pour le voyage au Tréport !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

L.J. Wagner voue une passion à la scène. Journaliste de formation, il écrit régulièrement des pièces de théâtre et a créé une société consacrée aux relations presse de spectacles vivants...

Il vient de publier son premier roman aux Editions Souffles Littéraires : Gangrène !

Un drôle de titre pour une histoire d'amour d'aujourd'hui...

Véritable thriller amoureux,  ce livre à l'écriture nerveuse nous raconte la rencontre de Chloé, jeune femme libre et moderne au tempérament de feu dont la conception toute personnelle de l'amour désarçonne son entourage... avec Colin, un charmant jeune homme au sourire désarmant...

Chloé qui travaille dans une grande enseigne culturelle pour gagner sa vie, papillonne d'homme en homme et tient surtout à ne pas s'engager...

Mais Colin n'est pas comme les autres et à son corps défendant, Chloé va tomber désespérément amoureuse jusqu'à en perdre la belle maîtrise d'elle-même qu'elle opposait à tous ceux qui voulaient l'approcher de trop près !

Mais qui est ce Colin qui parle beaucoup mais bientôt se dérobe ?

De rebondissement en rebondissement, nous suivons avec délectation ce roman acidulé qui fait la part belle aux femmes même si ces dernières sont beaucoup plus complexes que l'image qu'elles projettent !

Un séduisant page turner pour cet été post-confinement !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Grégory Magne réalise son deuxième long métrage avec cette délicate comédie qui fait la part belle aux parfums...

Emmanuelle Devos interprète avec brio le personnage d'Anne Walberg, un "nez" qui, après avoir perdu l'odorat, se voit contrainte d'accepter les missions les moins valorisantes : reproduire l'odeur d'une grotte, masquer les relents nauséabonds d'une usine chimique...

Isolée chez elle, cette artiste narcissique et capricieuse fait appel à un chauffeur pour ses déplacements en province : quand elle rencontre Guillaume (formidable Grégory Montel), elle le traite comme tous les autres : mal !

Mais Guillaume qui  a besoin de son job pour obtenir la garde partagée de sa petite fille de 10 ans lui tient tête et l'on suit avec amusement et intérêt la relation d'affinité élective qui se tisse entre ces deux êtres que tout sépare ! En apparence bien évidemment !

Le film nous offre de très jolis moments (notamment entre le père et la fille) mais surtout nous fait toucher du doigt la puissance de la créativité dans l'affirmation de soi...

A voir pour ses acteurs mais pas que !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Ex présentateur du Daily Show, parodie de JT très populaire aux Etats-Unis, l'humoriste Jon Stewart a choisi comme sujet pour son second long métrage : la satire du système électoral américain...

Inspiré de faits réels, le réalisateur nous plonge dans une petite ville sinistrée du Wisconsin, Etat clé, dans la foulée de l'élection de Trump à la présidence...

Fasciné par une vidéo de Jack Hastings (formidable Chris Cooper), un fermier venu défendre les sans papiers locaux, Gary Zimmer (Steve Carell), un consultant démocrate de Washington décide de se rendre sur place pour soutenir le candidat contre le maire sortant républicain...

L'élection locale devient un combat d'importance nationale entre démocrates et républicains à grand renfort de dollars sous l’œil goguenard de Jack Hastings et de sa fille Diana (délicieuse Mackenzie Davis)...

Les consultants s'écharpent rivalisant de manœuvres électorales plus douteuses les unes que les autres et l'argent coule à flots...

J'avoue ne pas avoir adhéré au film que je n'ai pas trouvé drôle du tout : ok il dénonce le système de façon outrancière pour mieux le stigmatiser mais so what ?

Le twist à la fin du scénario est habile mais ne sauve pas le film que je trouve vulgaire, raciste (envers les ruraux) et alourdi par les clichés (les citadins hors sol)... en un mot so trumpien en voulant le dénoncer ???

 

Voir les commentaires