Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

J'ai attendu longtemps pour faire la critique de ce film car il m'avait beaucoup déçue mais j'ai décidé de m'y mettre puisqu'il est toujours à l'affiche...

Michel Leclerc et sa co-scénariste Baya Kasmi se sont inspirés de leur propre expérience pour écrire cette comédie dans l'air du temps...

Sofia (excellente Leïla Bekhti) et Paul (Edouard Baer visiblement pas à l'aise dans le rôle), ont décidé de quitter Paris pour s'installer dans une petite maison avec jardin à Bagnolet...

En bons bobos gauchistes (lui est un anar batteur rappeur, elle une avocate "beurette" qui a réussi), le couple inscrit leur jeune fils dans une école primaire publique dirigée de main de maître par Bensallah (formidable Ramzy Bedia)...

Patatras, cela se passe mal pour leur fils mais Sofia et Paul résistent et refusent de mettre leur fils dans une école privée comme les autres parents d'enfants blancs...

S'ensuivent scènes tragi-comiques, quiproquos, vraies et fausses engueulades entre les parents, alignements de poncifs (notamment sur les enseignants) et une fin loufoque qui ridiculisent la réflexion sur un vrai sujet qui aujourd'hui n'a pas de solution !

Dommage !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

C'est le 42ème documentaire que réalise Frederick Wiseman avec le parti pris de ne pas faire d'interviews, de ne pas mettre de voix off et de ne pas rajouter de musique...

Il filme les personnes qui veulent bien être filmées dans leur environnement professionnel et/ou personnel et passe généralement un an pour monter son documentaire...

Il a trouvé intéressant de nous donner à voir Monrovia, une petite ville agricole du Midwest américain qui compte 1400 habitants, dont 76 % ont voté Trump aux dernières élections américaines...

Des salles de classe aux réunions du conseil municipal, du funérarium aux foires agricoles régionales, des salons de coiffure/de tatouage au quotidien des agriculteurs/éleveurs de porcs, des rites des églises locales aux réunions du Lyons ou des francs maçons locaux, Frederick Wiseman nous livre en 9 semaines de tournage une vision à la fois brute et complexe du quotidien de cette Amérique des oubliés, qui d'ailleurs ne s'intéressent pas du tout à ce qui passe en dehors de leur comté...

Je dois avouer que je suis partie au bout d'une heure et demi car si le propos est obligatoirement intéressant, l'absence de parti pris et la répétition des scènes et des situations rend le tout un peu indigeste...

Dommage !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Fasciné par l'univers de la quincaillerie ouverte par son père Jean (ex militant maoïste de la gauche prolétarienne), Samuel Bigiaoui a commencé à filmer Bricomonge en 2006 et ce jusqu'en 2012, date à laquelle son père lui a confié son désir de vendre le magasin...

Le réalisateur a filmé de façon sporadique et anarchique pour lui, pour les employés, les clients, les amis de passage, pour les souvenirs, pour garder une trace de son terrain de jeu d'enfant puis de façon acharnée quand s'est profilée la fermeture...

Pour comprendre comment son père ex soixante-huitard engagé en est venu à ouvrir cette quincaillerie en plein cœur du quartier latin à l'âge de 40 ans,  pour témoigner aussi de la fin du petit commerce de proximité face aux grandes enseignes !

Architecte et enseignant en mathématiques, Samuel nous livre un petit bijou d'intelligence filmant avec tendresse son père Jean au milieu de son capharnaüm,  les employés tels José le portugais et Zohra l'algérienne qui ont travaillé pendant 30 ans dans le magasin ou encore Mangala, sri-lankais qui a eu ses papiers grâce à Bricomonge, sans oublier les clients hauts en couleur !

Invités au 28 minutes d'Arte, le père taiseux et le fils malicieux m'ont donné envie de voir ce documentaire familial et sociétal...

A mon tour, je vous incite à pousser la porte de la quincaillerie d'autant que le film n'est diffusé que dans deux salles à Paris (5e et 11e arrondissements) 

Voir les commentaires

<< < 1 2