Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

livres

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Pour écrire sa première fiction sur le pouvoir en Russie, le politologue Giuliano da Empoli s’est inspiré de Vladislav Sourkov, longtemps conseiller de Poutine.

C’est en effectuant des recherches pour Les ingénieurs du chaos (JC Lattès, 2019), un essai – traduit en douze langues – consacré aux conseillers des leaders populistes, qu’il s’est familiarisé avec la figure de Vladislav Sourkov, dont son protagoniste est librement inspiré.

Vladislav Sourkov n’est pas un inconnu sur la scène internationale. Cet idéologue ayant conceptualisé les notions de « verticale du pouvoir » et de « démocratie souveraine » a occupé plusieurs fonctions dans l’administration présidentielle russe depuis le début des années 2000.

Dans Le Mage du Kremlin, Giuliano da Empoli retrace fidèlement les grandes lignes de sa carrière politique, jusqu’au dossier ukrainien, dont il fut chargé quelques mois avant l'annexion de la Crimée par les Russes en mars 2014 et l'intervention militaire dans le Donbass...

Giuliano da Empoli, lui-même ancien conseiller de Matteo Renzi et excellent connaisseur de la Russie, mène une enquête imaginaire. Et « retrouve » l’ex-conseiller au fin fond de la campagne moscovite, dans une villa à la Tchekhov, pour une nuit de confession. Son Vadim Baranov est-il proche du modèle ? Qu’importe, la culture et l’intelligence du personnage séduisent. Giuliano da Empoli lui invente un grand-père fasciné par Custine, l’écrivain français qui avait écrit en 1839 un portrait à charge de la Russie...

Pour Baranov, le destin des Russes est d’être gouverné par les descendants d’Ivan le Terrible. Grâce à l’oligarque Boris Berezovsky, qui a pris, sous Eltsine, le contrôle de la télévision d’État, il a rencontré à Saint-Pétersbourg « un blond pâle aux traits décolorés, portant un costume en acrylique beige » : le chef du FSB (ex-KGB). Baranov le convainc que les Russes ont « un désir de verticalité ».

"Coaché" par Baranov, Poutine se métamorphose et enfle jusqu'à devenir «le Tsar», écarte les oligarques pour reprendre le contrôle des richesses du pays, galvanise le peuple en promettant de mettre fin à la désintégration de la Russie.

Peu à peu, le récit, aussi passionnant qu'un roman policier, nous dévoile les dessous de l'ère Poutine en nous faisant entrer dans la tête du Tsar, exaspéré par la condescendance américaine, la perte de la Crimée, siège de la flotte militaire russe, et la «révolution orange» qui menace, par contagion, son propre pouvoir…

Écrit avant l’invasion russe en Ukraine en février dernier, Le mage du Kremlin est tristement prémonitoire, énonçant que « la première règle du pouvoir est de persévérer dans les erreurs, de ne pas montrer la plus petite fissure dans le mur de l’autorité ». La fascination pour le chaos est omniprésente !

A lire pour mieux comprendre que les Russes ne sont pas gouvernés par l'esprit de raison occidental !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Note en dernière page du dernier ouvrage d'Eric Vuillard

"Du côté de la France et des Etats-Unis, il y eut en tout quatre cent mille morts, si l'on compte les tirailleurs, les supplétifs indochinois, troupes coloniales qui formaient l'essentiel de notre armée. Du côté vietnamien, la guerre fit au moins trois millions six cent mille morts. Dix fois plus. Cela fait autant que de Français et d'Allemands pendant la Première Guerre mondiale"

Quatre millions de morts en trente années de guerre, est-ce une sortie honorable ?

L'auteur nous fait revivre la séance du 19 octobre 1950 à l'Assemblée, au lendemain du désastre de Cao Bang,  où Pierre Mendès-France osa, à la stupeur de ses chenus collègues en pleine digestion, évoquer la possibilité de recherche d'"un accord politique, un accord, évidemment, avec ceux qui nous combattent"...

Nous invite à partager les dernières heures de la bataille de Dien Bien Phu (), où les combats sous le commandement du Général Christian de la Croix de Castries (photo de couverture), continuent au gré des revirements stratégiques du Général Henri Navarre commandant en chef des forces françaises en Indochine...

Nous fait pénétrer dans l'état d'esprit des protagonistes de l'époque, qu'il croque avec férocité, pour dénoncer avec brio les dessous nauséabonds de l'Histoire et plus particulièrement l'alliance délétère des pouvoirs économiques et politiques durant la guerre du Vietnam en France et aux Etats-Unis...

Sait-on par exemple que la guerre du Vietnam a considérablement enrichi la Banque d'Indochine qui s'était discrètement retirée du Vietnam dès 1949, bien avant la défaite de la France - et surtout ses puissants et consanguins actionnaires ?

Le texte entre en résonance avec l'extrême financiarisation actuelle du monde occidental et nous fait nous interroger sur le possible contre pouvoir des mots dans la littérature et dans la presse écrite, à une époque où les réseaux sociaux et leur déversement verbal en continu tiennent lieu d'informations et de vérités pour de nombreux citoyens ?

L'écrivain apporte sa pierre au débat qui fait rage sur le récit national du colonialisme et sa plume alerte et théâtrale nous séduit pour son engagement sans concession !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Avec ce nouveau roman, Karine Tuil nous fait partager le quotidien de juges d'instruction antiterroristes...

Mai 2016 : la juge Alma Revel est confrontée à une décision à nulle autre semblable en termes de responsabilité : comment se prononcer sur le sort d'un jeune homme de 23 ans suspecté d'avoir rejoint l'Etat islamique en Syrie ?

Doit-elle le libérer puisqu'il jure être parti pour des motifs humanitaires et être rentré en France dès qu'il a pris conscience de la terrible réalité des combattants de Daech ?

Doit-elle l'emprisonner alors qu'il n'a rien "fait" et qu'il n'a plus qu'un souhait : s'insérer dans la société et s'occuper de sa femme et de son fils qui l'attendent avec impatience ?

Confrontée à l'indicible, prise dans un tourbillon personnel émotionnel qui la fait se réfugier dans les bras d'un avocat qui représente le mis en examen, Alma tente de se raccrocher à la raison, à la recherche d'objectivité qui l'a menée jusqu'ici aux plus hautes fonctions de la magistrature...

Le roman se lit comme un thriller et nous interroge : les victimes, leurs parents et plus largement la société contemporaine réclament et à juste titre la condamnation de la violence terroriste mais où mettre la barre du curseur face à un présumé terroriste ?

Que ferions-nous à la place d'Alma Revel ?

Pour ceux qui ont des certitudes... et pour ceux qui n'en ont pas, je vous conseille la lecture de ce livre,  témoignage romancé sur un métier largement méconnu dont les décisions sont lourdes de conséquences !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Le premier roman de Alex Michaelides, scénariste britannique, est un coup de maître...

Né d'un père grec et d'une mère anglaise, Alex Michaelides a étudié la littérature anglaise à l'Université de Cambridge et est titulaire d'un M.A. en scénarisation à l'American Film Institute à Los Angeles.

"Dans son silence", l'auteur qui a également étudié la psychanalyse et a travaillé deux ans dans une clinique psychiatrique pour jeunes, nous plonge dans l'univers de Grove, un établissement menacé de fermeture...

Son héroïne Alice est une jeune peintre anglaise en vogue, vivant dans une superbe maison près de Londres avec son mari Gabriel, photographe de mode...

Quand elle est retrouvée chez elle hagarde et recouverte de sang devant le cadavre de son mari, la machine judiciaro-policière s'emballe...

Aussitôt arrêtée, Alicia ne dira plus un mot ;  jugée mentalement irresponsable, elle est internée à Grove où six ans plus tard, le jeune et ambitieux psychothérapeute Theo Faber, fascinée par cette femme qui se mure dans son silence,  réussit à se faire embaucher...

Mêlant habilement les flash backs pour nous faire découvrir peu à peu le parcours et la personnalité des différents personnages du roman, l'auteur nous invite dans les méandres d'une fascinante analyse psychanalytique et réussit à nous tenir en haleine jusqu'aux toutes dernières pages où s'esquisse sous nos yeux ce que nous n'avions pas voulu ou su voir !

"Dans son silence" nous parle d'enfance meurtrie, d'émotions non exprimées, de maladie mentale, mais également d'art, de philosophie et bien évidemment de psychanalyse !

Un vrai page turner !

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Joyce Carol Oates, auteure américaine prolifique née en 1938, nous parle dans un de ses derniers romans paru en 2019, de Violet Rue Kerrigan, une jeune fille dont le destin va basculer à l'âge de 12 ans... 

Cadette d'une fratrie de sept enfants au sein d'une famille irlandaise ordinaire, Violet Rue va commettre l'irréparable en dénonçant pour meurtre ses deux frères ainés tortionnaires d'un jeune Africain-Américain...

Elle était la préférée de son père, elle est maintenant celle qui a "cafardé" et entraîné le déshonneur de la famille...

Exilée chez une tante loin du domicile familial, Violet Rue revient sur son passé et tente de faire face aux défis qui l'attendent dans l'Amérique sexiste des années 70 où la parole des hommes ne souffre aucune contestation...

Interrogeant les liens familiaux, questionnant la place des noirs,  dénonçant la difficile émancipation des femmes de milieu modeste, Joyce Carol Oates livre un roman bouleversant sur une enfance brisée qui tente de se reconstruire !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Septième roman de Cécile Coulon, Une bête au Paradis a reçu le prix littéraire du Monde en 2019 !

Emilienne gère la ferme du Paradis d'une main de fer grâce au secours de Louis, garçon de ferme qu'elle a soustrait à ses parents violents et élève seule ses deux petits enfants Blanche et Gabriel suite au décès accidentel de leurs parents...

Intelligente et volontaire, Blanche grandit dans l'amour de la terre familiale dont elle s'occupe avec talent...

Son attirance pour Alexandre, camarade de classe qu'elle aide dans ses devoirs va bientôt se transformer en passion exclusive sous l’œil jaloux de Louis...

Quand Alexandre décide de partir à la ville pour poursuivre des études commerciales, Blanche sombre dans la dépression et se jette à corps perdu dans le travail...

L'écrivaine nous conte la terrible vengeance de Blanche envers Alexandre lorsque ce dernier revient au village après 12 ans d'absence...

Possédée par sa folie amoureuse, l'héroïne défend sa terre comme elle défendrait ses petits et laisse le lecteur hébété et vaguement écoeuré par le déchainement de cette violence primaire !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

La femme révélée est le 5ème roman de Gaëlle Nohant, jeune écrivaine française qui vit aujourd'hui à Lyon...

Elle nous raconte le destin artistique d'une jeune américaine exilée à Paris au début des années 50...

Eliza Donnelley se cache dans un hôtel modeste sous le nom de Violet Lee... Le lecteur ne sait rien d'elle si ce n'est qu'elle ne quitte jamais son Rolleiflex...

Chapitre après chapitre,  nous découvrons la personnalité d'Eliza (31 ans), qui a fui Chicago, sa mère, le souvenir de son père, le confort d'une vie aisée auprès d'un mari économiquement puissant et surtout son fils adoré Tim (8 ans)...

Rongée par la culpabilité de cet abandon, la jeune photographe amateur tente de se reconstruire au hasard de ses rencontres amicales et amoureuses... dans un Paris qui se remet doucement de la guerre et découvre le jazz dans les caves de Saint- Germain...

Nous apprenons au fil des pages ce qui l'a conduite à ce geste qui ne lui ressemble pas et découvrons le dessous des cartes de la  réussite affichée de la ville de Chicago...

Gaëlle Nohant nous décrit avec beaucoup de sensibilité  les personnages qui partagent le quotidien de Violet : Rosa la prostituée qui la prend sous son aile, Brigitte l'amie de cœur, Hélène la responsable du foyer où elle se réfugie, Sam le mystérieux américain dont elle tombe éperdument amoureuse, Robert le photographe qui lui fait prendre conscience de son talent, Horatio le grand pianiste noir malvoyant...

Quand elle apprend la mort de son mari en 1968, Violet quitte Paris pour retourner à Chicago en espérant retrouver et surtout obtenir le pardon de son fils âgé maintenant de 28 ans...

Devenue une photographe connue pour ses portraits humanistes, elle réussit à se faire embaucher par un magazine local pour couvrir les révoltes étudiantes qui poussent les blancs, puis les noirs traumatisés par le meurtre de Martin Luther King, à descendre dans la rue pour combattre l'engagement américain au Vietnam...

Mêlant adroitement destins individuels et réalités d'une époque, le roman prend toute sa dimension dans la deuxième partie du récit qui nous fait revivre la convention démocrate et ses drames associés : assassinat de Robert Kennedy et charges policières contre des manifestants pacifistes...

Un très beau roman qui se lit fiévreusement et nous fait nous attacher au beau personnage d'Eliza !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Eden est le 6ème roman de Monica Sabolo, journaliste et romancière française née à Milan...

Dans une région reculée du monde, à la lisière d'une forêt menacée de destruction, grandissent Nita et Kishi deux adolescentes autochtones de 15 ans qui rêvent d'ailleurs...

L'arrivée de Lucy, jeune fille blanche au charme troublant va cristalliser les tensions existantes entre les filles et les garçons, entre les adolescents et les adultes, les autochtones et les employés de l'exploitation forestière...

S'appuyant sur des faits divers de disparitions inexpliquées dans des réserves amérindiennes, l'auteure nous plonge dans les frémissements de la forêt où de mystérieux esprits, mi humains mi animaux, terrorisent ceux qui s'y aventurent de jour comme de nuit...

Lorsque Lucy est retrouvée nue, inconsciente et lacérée au pied d'un arbre, Nita et Kishi refusent de parler aux policiers et décident de mener l'enquête chacune à sa façon...

Nita, dont le père a disparu 3 ans plus tôt dans la forêt, passe ses soirées dans un bar où elle joue les serveuses au sein d'un groupe de filles joyeuses et téméraires qui l'aident à naître à elle-même...

Kishi qui croit que les esprits des morts s'introduisent dans notre monde par les portes des arbres fantômes sous une forme animale, écoute les enseignements de Beyoncé, la chouette aux couleurs de la forêt qu'elle a recueillie...

Ecrit dans une langue imagée, à la fois réaliste, sensuelle et poétique, le roman nous immerge à la frontière du visible et de l'invisible, nous invite sur la ligne de partage entre l'ombre et la lumière, nous inscrit dans le passage entre l'adolescence et l'âge adulte pour mieux nous perdre dans l'espace dilaté d'une réalité fantasmée...

Les filles et la forêt se défendent contre la brutalité des hommes, la menace est palpable et la tension monte au fil des pages comme un rêve éveillé dans les couloirs du temps, où la nature après s'être vengée pourrait recommencer à respirer !

Un livre envoûtant !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Alexis Ragougneau, dramaturge et romancier a fait une entrée littéraire remarquée avec deux romans policiers : La madone de Notre Dame (2014) et Evangile pour un gueux (2016)...

Dans Opus 77, l'auteur tente de traduire à la manière d'un roman, l'émotion qu'il a ressentie à l'écoute du concerto pour violon n°1 de Chostakovitch composé en secret en 1940 par le compositeur interdit de musique par Staline...

En quatre mouvements et un solo de violon de 5 minutes, l'illustre compositeur nous raconte la lutte de l'individu contre le totalitarisme...

Le roman démarre par le 1er mouvement Nocturne où la narratrice Ariane, pianiste de renommée mondiale nous invite aux funérailles de son père, le grand chef d'orchestre Claessens qui a régné sur l'Orchestre de la Suisse Romande...

Au fil des pages, la jeune femme de 27 ans tente de comprendre les raisons du dysfonctionnement de sa famille : sa mère Yaël, jeune soprano israélienne au vibrato aigu peu à peu réduite au silence, son frère David de 2 ans son aîné, violoniste prodige, désormais reclus dans un bunker sur les hauteurs de Sion et elle même pianiste tétanisée par la peur des trous de mémoire qui s'étourdit dans les bras de musiciens de passage ou au volant de sa Porsche !

Alexis Ragougneau nous parle des pièges de la célébrité, de la pression et de la peur de faillir, de la compétition impitoyable et des règles d'un microcosme qui ne tolère aucune déviance à ses normes...

Les pages les plus passionnantes du roman nous plongent au cœur des mouvements de l'Opus en faisant vibrer le violon qui se bat pour exister au sein de l'orchestre symphonique !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #livres

Béatrix de L'Aulnoit, journaliste et romancière, nous plonge dans la vie trépidante d'Agatha Miller épouse Christie !

Créatrice d'Hercule Poirot et de Miss Marple, Agatha Christie est l'auteure de langue anglaise la plus vendue après Shakespeare ! Pianiste, soprano, infirmière, globe-trotteuse, championne de surf, épouse modèle passionnément amoureuse de ses deux maris et mère d'une fille Rosalind, la "duchesse de la Mort" a eu mille vies !

Libre, indépendante et aventurière, Agatha Christie a partagé sa vie entre l'Angleterre et le Moyen Orient où elle a accompagné son second mari archéologue Max Mallowan qui avait quatorze ans de moins qu'elle !

Elle a publié soixante six romans, quatorze recueil de nouvelles et a connu la gloire comme auteure de théâtre : toujours à l'affiche, sa pièce La souricière, bat tous les records de longévité...

Elle a également écrit des œuvres plus personnelles sous le pseudonyme de Mary Westmacott !

Sous la plume alerte de l'auteure, nous découvrons le parcours incroyable de cette femme née en 1890 dans une Angleterre victorienne , élevée par une nurse très pieuse, adorée de ses deux grand mères hautes en couleur dont elle s'inspirera pour concevoir le personnage de Miss Marple...

Sa mère Clara pourtant féministe dans l'âme ne voudra que sa petite dernière aille à l'école contrairement à sa sœur aînée : Agatha grandira libre et heureuse dans la propriété d'Ashfield aux côtés d'une mère fantasque et d'un père américain richissime, passionné de musique et de de théâtre...

Tout au long de sa vie, Agatha adorera les jardins anglais, les chiens et la vitesse au volant de sa voiture !

Dotée d'une bonne fourchette, elle vivra jusqu'à 85 ans après avoir été élevée en 1971 au titre de "Dame de l'empire britannique" par la Reine Elisabeth II

Un livre à dévorer pour en savoir plus sur "l'accident" de la déjà célèbre romancière en 1926 et surtout pour compléter son Autobiographie parue en 1977 !

Voir les commentaires

1 2 3 > >>