Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes pour aller au cinéma, voir des pièces de théâtre, admirer des expositions...

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre

 

Elisabeth Amato nous convie à un festival de mots qui nous font rêver, sourire, nous émerveiller, retrouver l'enfant qui est en nous !

Cette femme à la voix de miel nous emmène dans son univers : la magie, une magie subtile, douce, féminine, lettrée, une magie qui provoque des rencontres, des coïncidences inouïes, une magie sur laquelle le temps n'a pas de prise...

L'actrice, magicienne  et thérapeute évoque avec une tendre malice la genèse de la magie et mène l'enquête avec les spectateurs qui tous conquis, se prêtent au jeu !

Elisabeth Almato fait sourire son chat Merlin qui miaule à chaque remarque le mettant directement ou indirectement en cause !

Le spectacle démarre, ne le ratez sous aucun prétexte ! 

Elisabeth Amato (dans son spectacle elle porte un trench noir)

Elisabeth Amato (dans son spectacle elle porte un trench noir)

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Je suis très en retard pour ma critique mais je l'écris tout de même car ce film est fascinant...

Fascinant puisqu'il raconte une histoire vraie : celle du procès en appel de Jacques Viguier, accusé du meurtre de son épouse Suzanne...

Fascinant parce que le réalisateur Antoine Rambault introduit en la personne de Nora (formidable Marina Foïs), un personnage de fiction (toutefois inspiré de la nouvelle compagne de l'accusé),  qui est le véritable moteur du film ! 

Aux côtés d'une Nora obsessionnelle dans sa quête de vérité, Olivier Gourmet campe un extraordinaire Eric Dupond-Moretti, tout d'abord distancié puis rapidement complètement impliqué, dans ce procès hors du commun qui replonge l'accusé, ses enfants et les différents témoins dont l'amant de Suzanne, dans une histoire vieille de 10 ans !

Un grand moment de cinéma !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

François Ozon dénonce avec force la pédophilie du père Preynat, dont le procès se tiendra fin 2019... et le silence coupable de la hiérarchie épiscopale...

Trois interprètes magistraux nous font revivre le cauchemar vécu par ces enfants abusés par ce prêtre lyonnais qui "s'occupait" à sa façon des jeunes scouts que leurs parents lui confiaient les yeux fermés...

Lorsque Alexandre (formidable Melvil Poupaud), père de famille nombreuse, quadragénaire et croyant, découvre que le père Preynat continue à être en contact avec de jeunes enfants, il est le premier à se manifester auprès du diocèse de Lyon pour dénoncer les attouchements dont il a été victime trente ans auparavant...

Reçu par le cardinal Barbarin (interprété par François Marthouret), il est écœuré de l'absence totale de sanctions contre le père Preynat et décide de porter l'affaire en justice...

Puis François (tout aussi formidable Denis Ménochet) contacté par la police, entre en scène à son tour et décide de créer une association : La Parole libérée... 

Emmanuel (Swann Arlaud à fleur de peau), le plus jeune et le plus abîmé des trois, rejoint à son tour l'association et finit par accepter de témoigner....

Admirablement construit le film nous raconte le parcours de résilience de ces 3 victimes, en nous faisant vivre leur quotidien et en nous replongeant dans leur passé...

En effet les souvenirs qui remontent avec la parole libérée ont un fort impact sur leurs proches : conjoint, frère, mère ou enfants et nous assignent à notre tour comme témoins impuissants de ces drames individuels et familiaux...

Grâce à Dieu ne juge pas, il témoigne et si sa sortie se télescope avec l'actualité judiciaire, François Ozon revendique l'utilisation exclusive de faits avérés... jusqu'au titre de son film qui reprend la phrase malheureuse employée par le cardinal Barbarin lors d'une conférence de presse...

Un film dossier passionnant, servi par trois acteurs subtils et des personnages secondaires qui habitent complètement leur rôle : Bernard Verley est un père Preynat plus vrai que nature, Josiane Balasko est émouvante dans le rôle de la mère d'Emmanuel, de même qu'Hélène Vincent dans celui de la mère de François !

Après 8 femmes et Dans la maison, François Ozon quitte sa posture ironique pour entrer dans la cour des grands réalisateurs témoins de leur temps !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Adam McKay, passionné par la personnalité de Dick Cheney, nous raconte l'ascension patiente mais vertigineuse de ce jeune homme médiocre du Wyoming, qui grâce à son épouse Lynne Vincent, jeune femme au tempérament affirmé, a réussi à se hisser jusqu'à  la fonction de vice-président de George W Bush entre 2001 et 2009...

Voir ces deux alcooliques tenir entre leurs mains l'avenir de leur pays et l'équilibre des forces entre les puissances occidentales et le Moyen Orient est effrayant et glaçant...

Car coaché par sa femme et mentoré par Donald Rumsfeld, l'élève Dick se révèle manipulateur, diabolique et résolument cynique : il n'a cure que son ascension se soit faite au prix de la mort de 4 800 militaires de la coalition et de 461 000 irakiens !

Les acteurs sont tous très crédibles et plus particulièrement Christian Bale qui est époustouflant dans un rôle de composition...

Seul m'a gênée le parti pris distancié du réalisateur qui choisit d'entremêler la reconstitution de la vie de Dick Cheney tant sur le plan personnel que professionnel entre 21 et 70 ans, avec les commentaires d'un personnage qui dénonce en voix off les turpitudes du personnage et les images d'archive...

Un peu trop long (plus de 2 heures), le film perd en puissance ce qu'il aurait pu gagner en force de frappe s'il avait été "focusé" sur une dénonciation linéaire et implacable du pouvoir nuisible de cette frange de la droite politique américaine qui préfigure l'avènement de  Donald Trump !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Pour surveiller Ludo son amant qui l'a quittée, Claire un professeur de français de 50 ans, crée un avatar sur Facebook et devient Clara, une ravissante jeune femme de 24 ans...

Contactée par Alex le coloc de de son ex, Claire se prend au jeu de la séduction virtuelle...

Le réalisateur Safy Nebbou s'est inspiré d'une mésaventure qu'il a lui-même vécue avec une femme se faisant passer pour plus jeune qu'elle n'était, pour nous raconter cette histoire d'amour via les réseaux sociaux...

Car les deux héros interprétés avec beaucoup de talent par Juliette Binoche (magnifique dans ce rôle) et François Civil vont tomber dans le piège créé par Claire et tomber éperdument amoureux l'un de l'autre...

Le film parle de la détresse des femmes de 50 ans réduites à des subterfuges pour continuer à être désirées mais aussi de la fragilité des hommes face à l'amour qui se dérobe et c'est en cela qu'il est passionnant...

Le troisième personnage du film est la thérapeute de Claire, interprétée avec finesse par Nicole Garcia qui quitte peu à peu son attitude distanciée pour devenir la confidente de cette femme qui lui fait face comme un double...

Admirablement construit, le film nous tient en haleine jusqu'à la fin ! 

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Couple à la ville comme derrière la caméra, la réalisatrice turque Cagla Zenzirci et le réalisateur français Guillaume Giovanetti se sont inspirés d'un paragraphe découvert dans un livre de 2000 pages "Les langages de l'humanité" mentionnant l'existence d'un petit village au nord-est de la Turquie où les habitants parlent une langue sifflée...

Fascinés, les deux cinéastes se sont rendus sur place à Kusköy pour rencontrer les villageois et vivre leur vie, accueillis par le maire qui les a logés chez lui...

Le personnage de Sibel, l'héroïne du film, est une création de fiction nourrie par plusieurs rencontres dont celle d'une jeune femme muette qui réussissait à se faire comprendre dans la langue sifflée...

Dans Sibel, on parle de la place des femmes dans la société turque, on parle également de la difficulté d'être un homme partagé entre les traditions et son amour pour ses filles, on parle de rébellion pour échapper à son destin et ce aussi bien pour les femmes que pour les hommes dont certains refusent de faire leur service militaire et surtout on parle du loup, animal mythe puissant qui peuple la forêt de cette vallée proche de la mer...

Le spectateur fasciné ne quitte pas des yeux Sibel (troublante Damla Sônmez), jeune femme de 25 ans aux yeux verts et au visage fier, tour à tour "parfaite" maîtresse de maison auprès de son père et créature farouche qui traque le loup fusil à la main, pour compenser son handicap et trouver sa place dans la communauté villageoise...

Une expérience hors du commun !

 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Le réalisateur Jia Zhang-Ke s'est inspiré d'une héroïne de la pègre des années 30-40 pour écrire son scénario...

Le film débute par une scène très sèche où Bin (impressionnant Liao Fan), chef de la pègre de Datong, fait avouer une faute à l'un de ses lieutenants, l'humiliant devant tous...

Sa compagne Qiao (formidable Zhao Tao), elle-même fille de mineur,  également sur les lieux, se fait respecter de tous les hommes par sa brutale autorité...

Nous sommes en 2001 lorsque la Chine s'éveille à l'Ouest et que les jeunes gens tentent d'oublier leur quotidien en dansant des nuits entières dans des discothèques...

Lorsque Bin se fait attaquer par une bande rivale, Qiao n'hésite pas à s'interposer en tirant en l'air pour faire fuir les agresseurs de son amant...

Arrêtée par la police, elle sera incarcérée durant 5 ans à l'issue desquels elle prendra le train et fera 7700 kilomètres à travers une Chine à chantiers ouverts, pour aller rejoindre Bin qui la reçoit très froidement : Bin qui a une nouvelle compagne a tourné le dos à la pègre pour tenter de trouver sa place dans le capitalisme sauvage...

Ecoeurée par cette double infidélité alors qu'elle s'est sacrifiée pour lui, Qiao repart à Datong pour régner en patronne sur la pègre locale...

Et quand dix ans plus tard Bin réapparaît pour lui demander de l'aide, Qiao femme courage oublie ses griefs pour à nouveau lui tendre la main...

Jia Zhang-Ke filme son épouse et muse au plus près de ses émotions, nous livrant un beau personnage de femme qui s'inscrit dans la lignée de ses précédents films...

Mais contrairement à son dernier opus Au-delà des montagnes, son propos est si noir et si teinté de violence qu'il occulte presque la force de l'histoire...

A voir bien évidemment pour Zhao Tao et pour l'aspect documentaire du film qui illustre les années d'agitation sociale qu'a connu la Chine entre 2001 et nos jours !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre

Gérard Savoisien nous invite à écouter le dialogue étrangement moderne que Jean Baptiste Poquelin et Madeleine Béjart entament lorsque Molière tombe amoureux d'Armande, la fille de Madeleine...

Madeleine, interprétée merveilleusement par Anne Bouvier, a fait de Jean Baptiste Poquelin, un fils de bourgeois parisiens,  le grand auteur, l'acteur de génie, le Molière que toute la cour et Louis XIV s'arrachent...

Sous les traits de Christophe de Mareuil très crédible dans le rôle,  Molière est déchiré entre l'histoire d'amour qu'il vit depuis 20 ans avec Madeleine et les 20 ans triomphants d'Armande...

Mais si Molière est déchiré, Madeleine s'effondre car elle a consacré toute sa vie à un homme qui l'oublie pour un jeune minois, à qui il va confier le rôle iconique d'Agnès dans l'Ecole des femmes...

La mise en scène inventive alterne les dialogues entre les deux amants et le jeu sur scène des deux comédiens qui font rire leur public... quant à Armande, elle est présente tout le long de la pièce sous l'apparence d'un mannequin revêtu d'une jolie robe bleue à la taille fine...

La pièce commence dans la fantaisie, prend de l'épaisseur et se finit par une très jolie scène où le comédien jette le masque pour n'être plus qu'un homme, lâche certes mais tellement universel face à la femme courage qui sait s'effacer avec une fausse désinvolture !

Un spectacle de qualité au théâtre Rive Gauche !

Voir les commentaires