Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

William Oldroy a choisi la campagne somptueusement désolée du Northumberland pour nous conter l'histoire de Katherine, une jeune fille vendue  par son père à un nobliau anglais qui a deux fois son âge et vit reclus avec son vieux père dans un château fantomatique...

Le décor est campé...

Katherine (mystérieuse Florence Pugh) va bientôt se rebeller pour tenter d'échapper à l'enfermement qui lui est imposé...

Elle s'enhardit et se promène seule dans la lande léchée par la mère du Nord, se jette au cou de Sebastian (Cosmo Jarvis), palefrenier du domaine et découvre la passion physique sous le regard de la jeune domestique noire, souffre douleur et ancienne maîtresse du châtelain...

Le rythme est lent à l'image du temps qui ne passe pas, les personnages sont féroces et la fable de l'histoire pas du tout convenable...

Une curiosité à regarder pour se replonger dans l'atmosphère shakespearienne  d'une Angleterre  fantasmée !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Dominique Farrugia développe dans ce film un thème à la mode : la cohabitation forcée d'un couple qui se sépare...

Les deux héros sous les traits de Louise Bourgoin (délicieuse) et de Gilles Lellouche s'efforcent de trouver un modus vivendi qui préserve autant que possible les deux enfants.. qui ont leur mot à dire...

Le ton est enlevé, les personnages plutôt sympathiques même si cela devient lassant de voir les postures récurrentes d'un homme enfant face à une super woman...

Le film est plus léger, moins construit que L'économie du couple et se laisse regarder !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Après Frantz que la critique a encensé, François Ozon nous offre un personnage de femme fragile qui cherche à guérir de son indicible mal être !

Chloé (merveilleuse et ravissante Marine Vacth), a mal au ventre depuis toujours...

Désespérée de l'inutilité de tous les régimes qui lui ont été prescrits, elle décide d'aller voir Paul, un séduisant thérapeute (excellent Jérémie Renier)...

La douceur attentive de l'analyste, dont elle ne tarde pas à tomber amoureuse, la guérit de ses maux ! 

Mais Chloé va peu à peu découvrir qu'elle ne connait pas Paul...

De révélation en révélation, le thriller machiavélique se tisse autour du concept de gémellité, de la présence mystérieuse d'une voisine qui a perdu sa fille qui aimait les chats, d'une jeune femme  miroir de Chloé blessée par  Louis le jumeau de Paul...

François Ozon s'est inspiré d'un roman policier de Joyce Carol Oates (sous le pseudonyme de Rosamond Smith), pour nous plonger dans l'univers de la névrose et du sexe rédempteur !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Etienne Comar s'empare d'un épisode méconnu de la vie du génial guitariste manouche pour en faire un film comme Neruda de Pablo Lorrain...

Sur le papier que demander de plus : deux superbes interprètes Reda Kateb (Django) et Cécile de France (son amie, protectrice et agent double Louise de Clerk), une musique swinguante qui n'a pas pris une ride, une période trouble à souhait (occupation allemande, 1943)...

Mais le temps s'étire dans le film comme dans la vie de Django qui attend à Thonon la possibilité de quitter le territoire français avec sa mère et sa femme enceinte pour la Suisse afin d'éviter de subir le sort de ses frères tziganes ...

Dommage...

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Blandine Lenoir s'empare dans ce film du sujet de la ménopause, objet non sexy par définition !

La réalisatrice a fait appel à Agnès Jaoui pour interpréter Aurore, femme qui aborde la cinquantaine avec son lot de petits et grands soucis...

Aurore divorce, perd son job, va devenir grand mère et subit aux moments les moins opportuns les bouffées de chaleur de la ménopause...

Pas de quoi en faire un film me direz-vous ?!

Et pourtant si !

Le film rend hommage  à la féminité des corps aux formes épanouies...

L'histoire d'Aurore est une histoire de femmes au pluriel : amies  (joli rôle pour Pascale Arbillot), mère / fille, femmes complices au premier coup d'oeil...

Aurore est une femme qui séduit : le regard de son ancien amant incarné par Thibault de Montalembert  est tout simplement magnifique...

A noter toutefois quelques caricatures ou quelques outrances qui ne nuisent pas au film mais qui auraient pu être évitées tant l'héroïne suffit par son charisme à incarner cet âge de la femme que veulent ignorer les hommes...

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Zach Braff réalise un film sans prétention dont la bonne humeur fait passer un excellent moment !

Il nous raconte l'histoire de trois copains octogénaires qui décident de braquer la banque qui les a ruinés puisque leurs pensions ne sont plus versées..

Alain Arkin, Morgan Freeman et Michael Caine sont  parfaits en papis galvanisés par leur projet gentiment foutraque...

Les dialogues sont enlevés, les personnages fouillés et le scénario épouse les croisades de Ken Loach pour dénoncer ici l'ingratitude de l'Amérique à l'égard de sa classe ouvrière...

Sans oublier la chute du film qui fait sourire les amateurs de polars !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Chad Chanouga revient dans ce second long métrage autobiographique sur son placement en foyer d'accueil...

Son  héros Nassim est interprété par un formidable acteur inconnu Khaled Alouach qui illumine la pellicule de son charme de dandy dont le regard profond nous questionne dans nos certitudes... 

Elève en 1ère dans un lycée huppé, la vie de Nassim bascule le jour où sa mère met fin à ses jours...

Le jeune homme fait le grand écart entre les deux milieux en cachant à ses copains et à sa petite amie qu'il est en foyer...

Le film montre mais ne juge pas les ados paumés aux conduites violentes, qui tentent de s'inventer tant bien que mal un avenir sous le regard maternel de la directrice du foyer (merveilleuse Yolande Moreau) !

Nassim apprend à connaître et à se faire accepter de ses compagnons dont il découvre les talents multiples...

L'échec de Zawady (extraordinaire Jisca Kalvanda vue dans Divines) qu'il fait réviser pour passer son concours de médecine, lui fait peu à peu adopter leurs révoltes  jusqu'à se perdre à son tour ?

Un beau film servi par deux merveilleux interprètes et une bande de comédiens amateurs bourrés d'énergie ! 

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Les réalisateurs géorgiens Nana Ekvtimishvili et Simon Gross nous racontent l'histoire de Manana, professeur à Tbilissi qui décide le jour anniversaire de ses 52 ans de calmement quitter le domicile conjugual qu'elle partage avec son mari, ses parents, ses enfants et un gendre !

Le film s'attache avec bienveillance aux pas de Manana (formidable La Shugliashvili) qui n'a plus envie de sa vie...

Manana veut se retrouver, Manana veut vivre seule et malgré l'opposition de toute sa famille, elle va peu à peu réussir à réinventer un nouvel équilibre de vie sans fermer complètement la porte à ses proches...

Le film se dessine scène après scène comme un puzzle dont les morceaux s'emboîteraient avec une infinie patience pour éclairer les sentiments de chacun des personnages qui doit accueillir et accepter la douce résolution de Manana...

Un film à voir absolument  avant qu'il ne quitte les écrans !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Le scénario du dernier film d'Arnaud Desplechin est séduisant, le casting est impressionnant (le film réunit pour la première fois Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg), Mathieu Amalric est fidèle à son réalisateur fétiche et pourtant la magie n'opére pas...

Le spectateur aimerait être emporté par l'histoire de Carlotta (Marion), cette femme disparue depuis 20 ans qui revient hanter Ismaël et sa nouvelle compagne Sylvia (Charlotte)...

Tout se mêle dans ce film ; la relation naissante entre les deux femmes qui deviennent presque complices?, les dialogues entre Ismaël et Sylvia qui est tentée de s'effacer, la "folie" créatrice d'Ismaël qui peine à finir le film qu'il réalise, la fausse? naïveté de Carlotta qui "veut reprendre son mari"...

Un drôle de film shooté aux psychotropes qui révèle les fêlures des êtres mais ne les rend pas attachants ! Trop paumés pour nous ressembler ? Pas assez elliptiques pour nous séduire ? A vous de juger !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

A l'occasion du centième anniversaire de sa mort, une exposition au Grand Palais et le film de Jacques Doillon rendent hommage à Rodin !

Si Gérard Depardieu campait cet immense sculpteur avec son talent habituel dans Camille Claudel, Vincent Lindon n'arrive pas à pleinement convaincre dans ce film un peu trop sage...

Et que dire d'Izia Higelin comparée à Isabelle Adjani ?

Les deux acteurs "font le job" mais l'émotion ne passe pas...

Malgré le décor (le film a été tourné dans la maison de Rodin à Meudon), malgré l'implication de Vincent Lindon qui a appris à pétrir la terre, malgré quelques jolies scènes comme celle où Rodin tente de saisir le génie de Balzac...

Dommage que le film soit long (près de 2 heures), il aurait sans doute gagné à être moins démonstratif , moins construit, moins anecdotique...

 

Voir les commentaires

1 2 > >>