Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Publié le par Hélène
Publié dans : #expos
"Lorna Simpson" : une belle expo photos au Jeu de Paume

Lorna Simpson ou la séduction en noir et blanc !

La photographe explore son identité afro-américaine à travers un travail d'images mises en perspective, de textes et d'un ensemble de vidéos !

Née à Brooklyn en 1960, c'est sa première grande rétrospective européenne !

Dans ses derniers travaux, Lorna Simpson se positionne en tant que sujet dans des images d'archives très fifties qui nous captivent au-delà du simple effet vintage !

A aller voir avant ou après un déjeuner dans le jardin des Tuileries pour profiter de l'été qui s'annonce enfin !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"La fille publique" un film autobiographique de Cheyenne Caron

Ce film constitue une curiosité dans le paysage audiovisuel français, même s'il est un peu long comme beaucoup de films récents : 2h12 minutes !

Un "petit" film, un sujet difficile : les enfants de l'Assistance publique, des acteurs inconnus tous parfaits : Doria Achour interprète Yasmeen, Anne Lambert la mère et Joël Mavon le père...

C'est l'histoire de Yasmeen qui a été recueillie à 3 mois avec sa sœur - par un couple qui héberge, nourrit et accompagne l'épanouissement de tous ces "oiseaux à la patte cassée" que sont les enfants de l'Assistance publique...

Aujourd'hui Yasmeen a 17 ans et bientôt elle pourra être officiellement adoptée par le couple... quand elle est rattrapée par son passé... Une femme qui prétend être sa mère la poursuit dans la rue en lui demandant de l'écouter !

Mais Yasmeen ne veut rien entendre... sa mère c'est Agnès, celle qui l'a élevée...

Yasmeen est en colère contre l'administration qui est trop lente, contre sa sœur qui ne veut plus être adoptée, contre l'école où elle s'ennuie... Et Yasmeen commence à faire les 400 coups....

Nous suivons Yasmeen dans sa révolte adolescente mais surtout identitaire, nous souffrons avec les parents qui ne savent plus très bien comment la suivre entre fugues et demande de câlins, nous essayons de comprendre cette mère qui essaie de reconquérir l'amour de ses filles en jouant la victime...

Un petit bijou d'authenticité !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"La Vénus au phacochère" à voir à l'Atelier pour Alexandra Lamy

Alexandra Lamy incarne tour à tour Misia Sert, égérie du tout Paris de la Belle Epoque, son mari Thadée Natanson, fondateur de la Revue blanche, Alfred Edwards richissime fondateur du Matin... et son amie G.

La mise en scène est inventive, l'actrice est époustouflante de vérité et de charme...

Dès les premiers instants, nous nous retrouvons dans l'atmosphère fin XIXe avec Misia Sert qui a pris ses quartiers d'été à Villeneuve, entourée de "ses"peintres : Lautrec, Vuillard et Renoir...

Misia Sert est furieuse contre Thadée qui a publié dans sa Revue un article de Strinberg intitulé "De l'infériorité des femmes" ... Leur échange épistolaire est d'autant plus vif que Thadée veut qu'elle rentre à Paris pour jouer son rôle d'hôtesse dans les fameux dîners que le couple organise !

Misia invite son amie G. à la première d'Ubu Roi où elle rencontre, à la demande de son mari, Alfred Edwards le richissime fondateur du Matin qui lui fait une cour effrénée...

Le ping pong épistolaire se poursuit entre les différents personnages, éclairant les rapports qui se tissent entre les protagonistes de cette valse à trois avec confidente !

Dommage que le texte de Christian Siméon soit pauvre !

Quant à cette tranche de vie, elle m'a laissée perplexe sur les motivations croisées de ces people de la Belle Epoque !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Déçue par "Les beaux jours" de Marion Vernoux

Je me réjouissais à l'idée de revoir Fanny Ardant et de poursuivre notre relation cinéphile après notamment "La femme d'à côté", "Vivement dimanche"... deux superbes opus de François Truffaut...

Hélas, trois fois hélas !!!

Peu tentée par le sujet : une femme chirurgien dentiste se retrouve à la retraite sans véritablement de projet... ni par le héros de l'histoire Laurent Lafitte, j'ai quand même sauté le pas...

L'histoire entre Fanny Ardant et Laurent Lafitte, animateur d'un club pour retraités auquel elle finit par se rendre pour combattre son désœuvrement, est indigente : le spectateur n'y croit pas plus que les protagonistes !

Tous les grands sujets du film ne sont que superficiellement abordés : la perte de statut social, la relation au sein d'un couple qui fête ses 35 printemps, la relation mère filles adultes, la possibilité d'être grand-mère...

Pourtant tout n'est pas à jeter dans "Les beaux jours" : Patrick Chesnais, qui incarne le mari de Fanny Ardant, est magnifique de sobriété masculine !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #expos
Aller à Giverny pour voir l'expo Signac !

Un avant-goût de vacances à 1 heure de Paris !

Une exposition lumineuse d'un de nos plus illustres pointilliste Paul Signac, ami de Claude Monet, au Musée des impressionnismes....

Dans le cadre de la seconde édition du festival Normandie Impressionniste, nous découvrons 130 œuvres de ce peintre amoureux de l'eau et des couleurs !

Depuis les premières marines peintes sur le littoral normand et de facture très nettement impressionnistes, ce marin nous emmène dans les ports qu'il a aimés : Paris et ses berges industrieuses, Saint-Cloud, Antibes, Saint-Tropez et son clocher... et sa plage de la Ponche et son sentier douanier (le peintre y a acheté une maison), Concarneau, Saint-Briac, Rotterdam et ses vapeurs et même Venise !

Il faut en profiter pour se promener dans le jardin attenant au musée et fouler le champ de coquelicots peint par Manet, s'introduire dans l'hötel Baudy où tous les impressionnistes de l'époque avaient leur rond de serviette et payaient leur repas en nature !

Et pourquoi pas faire un petit détour par Vernon, ville moyenâgeuse avec sa plage sur la Seine et ses maisons en encorbellement !

Nous avons évité la maison et les jardins de Monet devant laquelle attendaient patiemment de longues files de touristes...

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"Un rapport sur la banalité de l'amour" au théâtre de la Huchette

En contrepoint du film "Hannah Arendt" dont je vous parlais - film qui explorait la période où cette dernière publiait le livre qui fit scandale sur "La banalité du mal", il faut absolument aller voir cette pièce qui met magnifiquement en scène la relation entre Hannah Arendt et son mentor Martin Heidegger !

Son auteur argentin Mario Diament connait un grand succès en Amérique du Sud et du Nord. La pièce est à l'affiche depuis 3 ans à Buenos Aires et a été plusieurs fois récompensée. C'est la première fois qu'elle est jouée en France !

Le sujet qui était sous jacent dans le film et surtout trop brièvement remis en perspective, est ici analysé de manière très sensible !

Les deux interprètes, Maïa Gueritte et André Nerman, tous les deux formidables, nous replongent immédiatement dans cette période de l'avant-guerre et nous font revivre la passion amoureuse de deux êtres que tout devrait séparer : le philosophe soupçonné de complaisance avec le nazisme et sa jeune élève juive qui fuit l'Allemagne dès 1933 pour se réfugier en France puis aux USA !

Nous les accompagnons tout au long de leur vie entre rencontres secrètes (Martin Heidegger est marié et tient à sa réputation dans le milieu universitaire qui est le sien), querelles idéologiques et retrouvailles après-guerre !

Nous comprenons mieux pourquoi Hannah n'a pu totalement renier Martin malgré ses prises de position qui lui vaudront un procès en 1945 et ses attitudes souvent machistes voire parfois froidement égoïstes !

Pour partager l'intimité intellectuelle et amoureuse de deux figures symboliques de la première moitié du XXe siècle !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #théâtre
"Contractions" au théâtre des Abbesses

La pièce du jeune anglais Mike Bartlett ne se joue malheureusement plus mais il faut que je vous en parle car ce fut un grand moment de théâtre et l'auteur mérite d'être suivi !

A 33 ans, il a écrit une douzaine de pièces pour la scène mais également pour la radio : "Love contractions" a été adapté pour le Royal Court en 2008...

Le décor sobre nous propulse immédiatement dans l'entreprise avec ses codes : immense table de réunion, fontaine à eau, plante verte !

Deux personnages, deux femmes vont s'affronter au fil de leurs rencontres et mettre en lumière les techniques qui font de l'être humain un esclave à la merci de son employeur !

La jeune directrice des ventes à l'avenir professionnel prometteur est convoquée par la directrice qui l'accueille aimablement et s'enquerre de ses relations avec ses collègues...

Elle lui rappelle que toutes les relations sentimentales et a fortiori sexuelles sont interdites dans l'Entreprise et que d'ailleurs cela figure dans son contrat...

La jeune femme, bien dans sa peau, qui poste les films de ses soirées sur facebook, s'étonne : elle ne connait rien de semblable !

Pourtant elle va être trahie par un de ses collègues qui dit avoir subi une forme d'harcèlement sexuel de sa part...

De convocation en convocation, la directrice n'aura de cesse que de détruire cette jeune femme tout en gardant ses précieuses compétences : en lui demandant de renoncer à son amour, puis à son enfant... la poussant au suicide, à la folie... jusqu'à la rédemption glaçante de la fin de l'histoire...

La pièce fait froid dans le dos tant les mécanismes de l'oppression qui se mettent en place désarment la jeune femme, qui se retrouve dans un corner sans autre issue que la soumission !

Les deux actrices (Marie Denamaud et Elina Löwensohn) jouent superbement bien, la mise en scène de Mélanie Leray est réellement inventive et le texte traduit de l'anglais garde tout son impact !

Une réussite par rapport à la pièce "En réunion" dont je vous parlais précédemment !

Un auteur à aller écouter à Londres ?

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
"La grande bellezza" : un film réservé aux inconditionnels de Rome

L'Ulysse de Télérama aime passionnément.le film.. je ne suis pas totalement d'accord avec Ulysse !

Paolo Sorrentino (à l'exception de son film sur Giulio Andreotti) ne filme que des lâches et des las d'une vie de vains et vides loisirs !

Nous sommes invités par Jap Gambardella (Toni Servillo) qui fête ses 65 ans sur la terrasse de son superbe appartement avec vue sur le Colisée... Les invités dansent, dansent, extatiques, exténués, souriants, grotesques et le spectateur se dit qu'il ne va pas pouvoir supporter les 2h20 du film...

Et pourtant la magie du cinéma opère peu à peu et l'ombre de Fellini plane sur cette Rome décadente mais si belle au soleil levant !

Les déambulations dans la ville nous hypnotisent peu à peu et le film se transforme ; sans perdre de son ironie il évolue de la démesure à la retenue, du profane au spirituel...

Car l'Eglise, ses sœurs et ses cardinaux s'invitent à chaque détour du scénario et tous les fantoches proches du néant qui l'entourent (quelques portraits savoureux d'anges déchus de leur beauté), semblent s'effacer devant une vieille religieuse sans âge qu'il est chargé d'interviewer !

Le film est difficilement racontable... il faut s'immerger et se laisser gagner par la langueur d'une ville qui a su garder sa beauté classique dans ses perspectives architecturales !

Et s'émerveiller d'une rencontre nocturne incongrue mais délicieuse avec Fanny Ardant que le héros salue et à qui il souhaite une bonne nuit !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma
Voir "Joli Mai" pour le charme de Paris en 1962

Le documentaire de Chris Marker a été remastérisé pour le plus grand bonheur des amoureux de Paris !

Mai 1962 : Chris Marker et Pierre Lhomme baladent leur caméra dans les rues de Paris et de sa proche banlieue et confient le micro à Yves Montand qui nous berce de sa voix !

Mai 1962 : les accords d'Evian marquent la fin de la guerre d'Algérie, au cinéma on joue L'année dernière à Marienbad et Cléo de 5 à 7...

Au fil des rencontres, les réalisateurs abordent tous les sujets des plus légers aux plus graves ; on parle de politique et d'amour, de bonheur, de misère et de progrès...

On parle également de la météo, déjà pas fameuse, du prix des pommes de terre et des premières divagations de la Bourse !

Paris est beau en noir et blanc et même si la vie est dure, les personnes interviewées nous séduisent par leur authenticité et la lumière si particulière que l'on voit dans les yeux des titis natifs et immigrés...

Le ton est gouailleur, les trognes natures et les propos éloignés de la langue de bois du XXI siècle !

J'ai souri en écoutant les amoureux qui veulent se marier pour la vie...j'ai admiré cette femme qui se réjouit d'être relogée dans une tour moderne, elle qui tentait de faire vivre ses cinq enfants et la petite cousine adoptée dans une pièce d'un taudis à Aubervilliers... j'ai admiré ce prêtre ouvrier qui a choisi de rester parmi ses frères d'usine... j'ai entendu ce jeune algérien qui raconte le début de sa vie professionnelle et dans quelles circonstances il a failli devenir raciste... j'ai frémi devant les images d'archives du métro Charonne....

On sort de ce documentaire (un peu long : 2h15 très denses), ragaillardis par l'énergie de tous ces humbles qui croient en l'avenir et font des rêves pour leurs enfants !

Le film n'est pas nostalgique car il est tourné vers des lendemains qui seront meilleurs... Nos politiques seraient bien avisés d'écouter la parole des commerçants, des ouvriers, des architectes... des femmes et des hommes qui font que Paris sera toujours Paris !

Voir les commentaires