Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Route 66

Route 66

Prenez vos bécanes !

Articles avec #cinema catégorie

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Volker Schlöndorff nous raconte le bref séjour à New York de Max Zorn, un écrivain réputé qui vient promouvoir son dernier roman, inspirée d'une histoire d'amour manquée dans cette ville...

Fiction dans la fiction... Le réalisateur adapte un roman de Max Frish, écrivain suisse de langue allemande...

Stellan Skarsgärd interprète avec talent cet européen d'une cinquantaine d'années, méprisé par son père philosophe, qui vit loin de Clara (Suzanne Wolff parfaite), sa jeune épouse basée à New York - mais surtout dans le regret de cet amour qu'il n'a pas su garder !

Il croise par hasard Rebecca (merveilleuse Nina Hoss), son ancien amour qui est devenue une brillante avocate... et finit par la convaincre de passer un weekend à Montauk, au bout de la presqu'île de Long Island dans l'hôtel où ils se retrouvaient...

Le film nous offre de superbes paysages de plages en hiver où Rebecca promène son élégante silhouette toute de blanc vêtue...

Les corps se retrouvent après 17 ans de silence mais les blessures de Rebecca ne se sont pas refermées... C'est une femme fragilisée qui a su se reconstruire face à un homme pusillanime, veule, et quasi enfantin jusque dans ses bouderies...

Un film à voir pour son ambiance un peu sépia mais surtout pour ses interprètes dont Niels Arestrup, excellent comme d'habitude, qui interprète l'ami commun de Max et de Rebecca !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Dans ce film, la jeune réalisatrice iranienne Sou Abadi a décidé de se moquer du fondamentalisme, mais aussi du féminisme, de l'élite intellectuelle, du communisme, de l'engagement politique...

Elle nous raconte l'histoire de Leila (délicieuse Camélia Jordana) et d'Armand  (Félix Moati parfait), tous deux étudiants à Sciences Po et amoureux...

Les parents d'Armand (sa mère est brillamment interprétée par la toujours formidable Anne Alvaro), sont d'anciens opposants au régime de Khomeini exilés en France dans le XVIe arrondissement...

La vie de Leila et de son jeune frère est bouleversée lorsque leur grand frère Mahmoud (William Lebghil) revient radicalisé après un séjour au Yémen...

Mahmoud  enferme sa soeur dans l'appartement de la cité où ils vivent et brûle son passeport...

Pour réussir à voir sa belle, Armand décide d'enfiler un voile intégral : il devient Shéhérazade, une musulmane très pieuse qui, comble de l'ironie ne laisse pas Mahmoud indifférent...

S'ensuivent un certain nombre de gags dont une cavalcade dans l'aéroport d'Orly qui font penser à l'univers de Billy Wilder dans Certains l'aiment chaud !

Le film est léger dans la caricature, sérieux et optimiste dans le fond :  les poèmes de Victor Hugo et les plus beaux versets du Coran exercent une influence bénéfique auprès des oubliés de la République que sont les jeunes des cités !

Un bon moment de divertissement pour dépasser les extrémismes de tous poils !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

L'argentin Emiliano Torrres célèbre dans son premier long métrage une région aussi rude que belle : la Patagonie, principal personnage de l'histoire...

Le scénario oscille entre le documentaire type Connaissances du Monde, le film à charge contre l'exploitation des paysans et le fantastique... et le résultat ressemble à une carte postale grand angle où s'enfoncent des personnages quasi mutiques au destin brisé par l'indifférence des propriétaires fonciers...

Le film nous raconte le combat d'un vieux régisseur Evans (Alejandro Sieveking) qui décide de se venger de Jara (Christian Salguero), le nouveau régisseur qui a été nommé à sa place...

La vie d'Evans c'est l'estancia et rien d'autre...

Quant à Jara, il a caché l'existence de sa famille pour décrocher le job... 

Hommes et bêtes se battent pour survivre à l'hiver mais le danger est d'une autre nature...

 Un film lent, un peu ennuyeux mais si beau !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Cédric Klapisch quitte Barcelone, Paris et New York pour nous immerger dans les vignes d'un domaine familial en Bourgogne...

Le réalisateur voulait dès 2010 rendre hommage à son père grand amateur de vins de la région qui a initié ses soeurs et lui-même à la dégustation...

Désireux de parler vrai, Cédric Klapisch a passé de longs moments dans les vignes du viticulteur et acteur Jean Marc Boulot qui interprète le régisseur dans le film...

Il nous raconte l'histoire de Jean (Pio Marmaï) qui revient, après 10 ans de tour du monde, auprès de sa soeur Juliette (Ana Girardot) et de son frère Jérémie (François Civil) lorsqu'il apprend que le père qu'il avait fui est mourant...

Le film démarre par des vendanges et se finit par des vendanges...

Au fil des saisons, frères et soeur se querellent et se retrouvent, accueillent les vendangeurs, cherchent une solution pour garder le domaine menacé par les frais de succession, s'engagent pour la biodynamie...

Le scénario un peu convenu réserve toutefois au spectateur un beau trio d'acteurs et de jolies trouvailles de mise en scène qui font oublier le discours un peu boboïsant de cette saga familiale !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Fabrice Gobert, auteur à succès des deux saisons de la série Les Revenants signe ici son second long métrage après Simon Werner a disparu.

Dès les premières images, il nous plonge dans l'univers de la boxe...

Parmi les spectateurs, un homme de pouvoir ne quitte pas des yeux son poulain qui écrase son adversaire...

Le ton est donné... le parallèle entre le monde de la boxe et l'univers de la TV où tous les coups sont permis...

Laurent Lafitte incarne excellemment Antoine Lecomte, patron d'une chaîne de télévision qui, du haut de son succès, décide de la vie et de la mort de ses animateurs vedettes...

Brutalement écarté par Antoine, Edgar (Sylvain Dieuaide)  décide de se venger de la morgue de son patron en lui tirant dessus...

Quand Antoine sort du coma et s'enfuit clandestinement de l'hôpital, il perd pied face à son environnement personnel et professionnel qui l'a désinvesti pour mieux le réinventer... 

Solange sa femme (Chiara Mastroianni étonnante de fragilité), lui refuse l'accès de son domicile où elle vit désormais avec Sylvain...

Ses collègues l'accueillent chaleureusement  mais le poussent très vite devant la caméra pour qu'il reprenne son émission de présentation de la météo...

Antoine perd pied, dérive, atterrit au commissariat où il tente de raconter son histoire à un policier ahuri... Il décide de se battre au figuré comme au propre pour reprendre sa place de patron et de mari auprès de Solange...  

Mais la réalité est têtue, les cartes ont été redistribuées, les humiliés d'hier tels Ingrid (Clotilde Hesme), Boris (Pio Marmaï) et le syndicaliste Benezer (Jean François Sivadier) ont pris le pouvoir...

Les images somptueuses nous perdent dans l'inconscient de cet homme K.O. qui se bat pour se relever...

Un film fascinant de bout en bout que l'on a envie de revoir immédiatement pour être certain d'avoir saisi la morale complexe de cette fable moderne !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

William Oldroy a choisi la campagne somptueusement désolée du Northumberland pour nous conter l'histoire de Katherine, une jeune fille vendue  par son père à un nobliau anglais qui a deux fois son âge et vit reclus avec son vieux père dans un château fantomatique...

Le décor est campé...

Katherine (mystérieuse Florence Pugh) va bientôt se rebeller pour tenter d'échapper à l'enfermement qui lui est imposé...

Elle s'enhardit et se promène seule dans la lande léchée par la mère du Nord, se jette au cou de Sebastian (Cosmo Jarvis), palefrenier du domaine et découvre la passion physique sous le regard de la jeune domestique noire, souffre douleur et ancienne maîtresse du châtelain...

Le rythme est lent à l'image du temps qui ne passe pas, les personnages sont féroces et la fable de l'histoire pas du tout convenable...

Une curiosité à regarder pour se replonger dans l'atmosphère shakespearienne  d'une Angleterre  fantasmée !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Dominique Farrugia développe dans ce film un thème à la mode : la cohabitation forcée d'un couple qui se sépare...

Les deux héros sous les traits de Louise Bourgoin (délicieuse) et de Gilles Lellouche s'efforcent de trouver un modus vivendi qui préserve autant que possible les deux enfants.. qui ont leur mot à dire...

Le ton est enlevé, les personnages plutôt sympathiques même si cela devient lassant de voir les postures récurrentes d'un homme enfant face à une super woman...

Le film est plus léger, moins construit que L'économie du couple et se laisse regarder !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Après Frantz que la critique a encensé, François Ozon nous offre un personnage de femme fragile qui cherche à guérir de son indicible mal être !

Chloé (merveilleuse et ravissante Marine Vacth), a mal au ventre depuis toujours...

Désespérée de l'inutilité de tous les régimes qui lui ont été prescrits, elle décide d'aller voir Paul, un séduisant thérapeute (excellent Jérémie Renier)...

La douceur attentive de l'analyste, dont elle ne tarde pas à tomber amoureuse, la guérit de ses maux ! 

Mais Chloé va peu à peu découvrir qu'elle ne connait pas Paul...

De révélation en révélation, le thriller machiavélique se tisse autour du concept de gémellité, de la présence mystérieuse d'une voisine qui a perdu sa fille qui aimait les chats, d'une jeune femme  miroir de Chloé blessée par  Louis le jumeau de Paul...

François Ozon s'est inspiré d'un roman policier de Joyce Carol Oates (sous le pseudonyme de Rosamond Smith), pour nous plonger dans l'univers de la névrose et du sexe rédempteur !

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Etienne Comar s'empare d'un épisode méconnu de la vie du génial guitariste manouche pour en faire un film comme Neruda de Pablo Lorrain...

Sur le papier que demander de plus : deux superbes interprètes Reda Kateb (Django) et Cécile de France (son amie, protectrice et agent double Louise de Clerk), une musique swinguante qui n'a pas pris une ride, une période trouble à souhait (occupation allemande, 1943)...

Mais le temps s'étire dans le film comme dans la vie de Django qui attend à Thonon la possibilité de quitter le territoire français avec sa mère et sa femme enceinte pour la Suisse afin d'éviter de subir le sort de ses frères tziganes ...

Dommage...

Voir les commentaires

Publié le par Hélène
Publié dans : #cinéma

Blandine Lenoir s'empare dans ce film du sujet de la ménopause, objet non sexy par définition !

La réalisatrice a fait appel à Agnès Jaoui pour interpréter Aurore, femme qui aborde la cinquantaine avec son lot de petits et grands soucis...

Aurore divorce, perd son job, va devenir grand mère et subit aux moments les moins opportuns les bouffées de chaleur de la ménopause...

Pas de quoi en faire un film me direz-vous ?!

Et pourtant si !

Le film rend hommage  à la féminité des corps aux formes épanouies...

L'histoire d'Aurore est une histoire de femmes au pluriel : amies  (joli rôle pour Pascale Arbillot), mère / fille, femmes complices au premier coup d'oeil...

Aurore est une femme qui séduit : le regard de son ancien amant incarné par Thibault de Montalembert  est tout simplement magnifique...

A noter toutefois quelques caricatures ou quelques outrances qui ne nuisent pas au film mais qui auraient pu être évitées tant l'héroïne suffit par son charisme à incarner cet âge de la femme que veulent ignorer les hommes...

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>